samedi 20 décembre 2014

surf à Pornichet

Samedi 20 décembre 2014

PM 15h31 coeff 78
vents NO 3 B

Françoise, Marie-Laure, Anny, Cathy, Martine,
Michel, Thierry, Marc, Philippe, Pierre-Dominique,
Hervé, Michel, Alain, Alain, Franck, Christian

Une petite discussion  naît au club, sur ce que sera notre destination pour cet après-midi.
Il y a une petite houle et comme il n’y a pas trop de vent, on se dit que taquiner la vague de bord avec une marée haute autour de 15h35 serait pas mal. Pornichet fait rapidement l’unanimité, mais certains ne sont pas favorables à un départ de Bonne Source. Avec les vacances de Noel qui démarrent et des problèmes de stationnement sous-jacents, Bonne Source apparaît au final comme la solution. Ce fut le cas, un stationnement facile pour tout le monde y compris pour Alain R., Pierre Dominique et Annie qui nous rejoignent sur place.
Nous sommes au final 16 sur l’eau, avec Christian en maître du Fury, pour essayer de dompter la bête. L’embarquement et passage des vagues se font sans problème (certains et certaines seront un peu mouillés), Pierre-Dominique embarquant le dernier.
Hervé est rapidement en tête, et mentalement prêt, mais préfère un échauffement progressif en allant contourner le port de Pornichet alors que le passage vers le port d’échouage s’offrait à sa pagaie. Ou bien, est-ce la vision d’une pirogue V6 et de kayaks autour qui l’amène sur cet itinéraire ?
Nous les rejoignons à proximité de l’entrée du port, il s’agit des membres du club de Pornichet, qui ont comme mission d’animer la baie, en recherchant le Père Noel pour le ramener à bon port, afin qu’il n’oublie pas Pornichet dans sa tournée. Avec à bord, le président du club de Pornichet, Hervé MARCAULT,  a qui on peut faire entière confiance dans sa quête du Père Noel, surtout que pour l’attirer ils ont chacun comme couvre-chef un bonnet rouge reconnu de tous.
De là, nous piquons en direction de la plage, pas loin de la jetée du port d’échouage. Les vagues sont bien là, et amènent à des séries de surfs très plaisants et surtout qu’à cet endroit la plage est quasi plate, ce qui évite un échouement duquel il est difficile de se départir. Cette première session s’effectue sans casse ni même trop de bains, mais avec  la présence de rochers sur la droite en regardant la plage et de SUP sur notre gauche, nous sommes obligés de faire attention aux uns et autres dans ce petit périmètre.
Aussi nous décidons de partir en longeant le bord pour essayer de trouver un coin plus tranquille.Nous naviguons jusqu’aux immeubles en vague qui marquent le début des limites territoriales de La Baule mais là, avec plus de fond, les vagues  déferlent près du bord, sont plus puissantes avec  à coup sûr atterrissage sur le sable. Seul Pierre-Dominique osera se lancer dans cet affrontement…et dira en fin de séance ressentir une petite déchirure, ce qui veut bien dire que ce n’est pas une sinécure (belle rime n’est-ce pas !).
 A partir de là, scission du groupe. Il y a ceux qui continuent en direction du Pouliguen (7 au total si je ne me trompe pas, qui feront en face du casino de La Baule des essais de pagaies) et le reste qui tout compte fait considère que le premier spot n’était pas si mal, surtout qu’avec la marée montante, il y a un peu plus d’eau au-dessus des quelques roches dont il faut se méfier.
Avec un peu moins de SUP (marée en début de phase descendante), le lieu présente de beaux atouts, surtout à celle et celui qui sait attendre les vagues les plus significatives. Vraiment de belles sensations et nous pouvons regretter de ne pas avoir pu immortaliser les cabrioles, télescopages sans gravité,  des uns et des autres  avec bien sûr son lot de bains à répétition, sauf je crois pour Marc, qui pourtant n’a pas ménagé ses efforts pour « rider ».
Il est 16h30, et il est temps de rentrer, surtout que nous ne pourrons pas nous présenter tous ensemble, pour cette arrivée de Bonne Source, qui hante encore les esprits de certains. Parti le dernier, arrivé le premier, Pierre-Dominique sera là, pour réceptionner  pagayeuses et pagayeurs.
La zone parait plutôt calme. Mais il ne faut pas trop vite crier victoire. Thierry pris dans une déferlante se retrouve vite en surf arrière, jusqu’à faire tomber Alain R. et manque de peu Phiphi, mais ne s’oublie pas. Les voilà tous les deux à la baille. C’est peut-être le premier sauvetage du Fury, mené par Christian au grand cœur, qui avec son courage s’en va sauver Alain des eaux pas très chaudes, surtout que c’est le moins habillé des 2 baigneurs. Thierry regagne par ses propres moyens la berge, et pas facilement pour qui connaît les lieux, près de 10 mn à patauger, un peu frigorifié, mais rien à voir avec les évènements de Février 2011.
Tout le monde savoure ce retour sans encombre majeur à notre point de départ.

Après séchage et le plaisir de retrouver des vêtements chauds et secs, tout le monde se retrouve Passage St Gabriel autour de denrées et des boissons chaudes  appréciées de tous, notamment un breuvage concocté par Alain L. dont il nous a dévoilé que partiellement sa composition (à la revoyure…). Après-midi ludique et vivifiant, et on peut se dire… « on est content ».
Franck

Aucun commentaire:

Publier un commentaire