dimanche 22 février 2015

L’esquimau dans la marmite

Samedi 21 février 2014
L’esquimau dans la marmite

Port Navalo BM 12h42, PM 18h56 coeff 115

Pierre-Dominique, Franck, Hervé, Christian

C’est la première sortie longue de l’année, elle n’était pas prévue au programme, sans doute pour compenser les annulations passées pour des raisons météo !
C’est un gros coefficient, les vents sont annoncés à 5 Beaufort NO.
Nous embarquons à la cale de Bilouri à Kerner. Il reste très peu de plage, juste la longueur d’un kayak. Le Ciel est dégagé, les vents semblent moins forts qu’annoncés.
Nous nous dirigeons au Sud de Hent Tenn, pour, histoire de s’échauffer, faire un premier bac entre Hent Tenn et la Jument. Nous contournons ensuite l’île de la Jument par l’est. Une pause au Nord pour les premiers exercices de reprise courant. Hervé, puis Pierre Dominique esquimautent dès la première tentative ! ça fait partie de l’exercice ? Et bien non ! Le dessalage arrive aussi aux meilleurs !
Après ces quelques reprises, nous entamons le grand bac à travers le courant de la jument pour atteindre Berder, puis nous naviguons vers le gué qui relie l’île au continent. Nous y croisons un groupe de Kayakistes Landernéens venus profiter d’un week-end de gros coefficient dans le golfe. Nous croiserons également un groupe de RKM.
Nous sommes un peu tard, la vague statique a presque disparue, et les roches commencent à effleurer la surface de l’eau. Nous faisons demi-tour pour retrouver le courant de la Jument, et pour le fun nous y refaisons un bac. Le courant est puissant, nous dérivons près de la latérale tribord Jument avant de pouvoir atteindre le contre courant qui nous ramène au nord de l’île. Nous y retrouvons le groupe de landerneau pour quelques reprises. Nous allons nous rencontrer tout au long de la journée, nous sommes sur le même circuit classique d’une sortie technique à la journée sur les courants du Golfe !
Une reprise courant nous amène à Gavrinis. Nous avons peu l’habitude de venir sur des gros coefficients, et nous découvrons une veine d’eau propice au jeu des reprises au sud de cette île.
Les courants sont puissants, nous décidons de tenter un bac vers Erlannic avec rendez-vous au sud de l’île longue en cas d’échec !
Bien qu’ayant tout donné, nous ratons de peu l’objectif, nous nous retrouvons dans la zone plus calme entre Erlannic et la cardinale nord des tisserands, un peu de repos récupérateur est nécessaire.
Puis, une fois n’est pas coutume, nous y trouvons une marque très franche et très nette entre courant et contre courant. Nous en profitons pour y effectuer quelques exercices très pédagogiques de gites contres gites. Puis reprise et descente au Grands Mouton. C’est très agité, avec marmites et larges zones de cisaillement. Christian à pris un peu large, le stop au Grands Moutons lui devient compliqué, après observation, il décide d’un repli derrière le Faucheur pour attendre ses camarades.
L’heure de la collation arrive, nous sortons du Golfe pour un pique-nique à l’abri du vent à Port Blanc. Franck contourne Port Navalo très au large, tandis qu’Hervé, Pierre-Dominique et Christian naviguent plus près de la côte. A peine sortis du Golfe, nous trouvons un contre courant important, Hervé et Pierre-Dominique regagnent rapidement le ras de la côte, Christian a quelques difficultés pris dans des grosses marmites, après un 180° puis un 360° c’est le dessalage, calme et concentration et c’est un esquimautage réussi qui le sort de cette mauvaise passe. Le travail régulier porte ses fruits !
Nous nous installons sur la cale à l’ouest de la plage, face au soleil, et bien à l’abri du vent. Le vent est frais, la matinée a été bien ensoleillée, le pique-nique s’annonce sous de bonnes augures.
Le ciel s’obscurcit doucement à la fin du repas, les premières gouttes de pluie apparaissent nous avons le temps d’enfiler nos tenues de kayak avant une courte averse de grêle.
Nous embarquons après avoir ôté les grêlons de nos bateaux, route vers Kerpenhir pour y trouver les vagues statiques. Le ciel s’obscurcit à nouveau et un joli vent frais accompagné d’une averse de pluie nous accompagnent sur ce bord.
Le ciel se dégage à nouveau et restera clément jusqu’à la fin de la journée.
La renverse étant faite, après avoir dépensé un peu d’énergie à Kerpenhir, c’est le parcours classique du retour avec un arrêt au Faucheur, un stop au Grand Mouton, un cap au 330° pour anticiper un stop au sud de l’île longue. La fatigue commence à se faire sentir, seulement quelques reprises courant seront effectuées avant de poursuivre vers Berder en longeant la côte est de l’île longue. Nous gardons ce cap vers la pointe de Berchis pour devancer la dérive vers Larmor Baden.
Nous arrivons à Berder pour dépenser nos dernières ressources d’énergie.
C’est enfin l’heure du retour, nous contournons Berder par le nord pour un cap direct vers la pointe de Kerner. Malgré la fatigue, due à quelques 5h sur l’eau, quelques esquimautages sont effectués avant le débarquement. La sortie d’aujourd’hui nous ayant bien récompensé du travail accompli dans ce domaine, nous motive à maintenir ce dynamisme
Christian




Aucun commentaire:

Publier un commentaire