mardi 19 juin 2018

Au portant !


Samedi 16 juin 2018

Au portant

Marées au Croisic
PM 7h12, coeff 100, BM 13h39, PM 19h31 coeff 98
OSO 3B

Cathy, Martine,
Franck, Hervé, Sylvain, Roger, Christian.


C’est un fort Coefficient, si on ne choisit pas la bonne plage, il y aura un long portage.

Suite aux fortes pluies les semaines passées, les plages de St-Nazaire sont fortement déconseillées pour les activités nautiques. Après avoir hésité pour un bord au Croisic, nous choisissons un départ de la plage de Sorloc pour une navigation jusqu’à Piriac en espérant un retour au portant.
La mer est encore loin au moment de l’embarquement. La mer est belle. Nous filons vers Piriac en restant près de la côte, le vent, bien que faible, et la montante étant contre nous.
Le groupe se resserre et se rassemble près du Port de Piriac, puis c’est une remontée vers le large jusqu’à la tourelle cardinale Nord Rohtrès. Nous rencontrons quelques belles vagues aux abords de cette tourelle.
Ensuite c’est le départ pour un retour tout schuss !
La houle n’est pas au rendez-vous, mais nous trouvons un beau portant ; vagues, courant vent !
Une zone turbulente apparait bien au large, certains choisissent  d’y naviguer pour y faire leurs premiers surfs. Le groupe s’étale en largeur, chacun espérant les meilleurs vagues à surfer.
A l’arrivée, c’est une petite séance d’esquimautage. Cet exercice ayant été mis de côté car la période passée a plutôt été une période de grandes randonnées.
Christian.

mardi 12 juin 2018

orage ou pas !


Samedi 09 juin 2018

PM 14h17 coeff 52
Vents S 2B puis SO 3 B
Phiphi, Thierry et Cathy

Nous ne sommes que 3 aujourd’hui, les « Grands » ne sont toujours pas rentrés de leur périple Anglo-normand.
Malgré une Alerte Météo orange, des risques d’orage, de grêle etc etc ON Y VA !!!
On ne fera pas de traversée mais du longe-côte pour se mettre à l’abri aucazou …
Nous partons de Trébezy en entendant un roulement de tonnerre (au loin!!!) et en regardant (au loin!!!) une grosse masse de nuages bien noire au sud de la Loire ! Impressionnant mais la Loire fait son office protecteur en lui barrant la route ! L’orage sera pour les nantais !
Nous partons à la renverse, longeons la côte vers Pornichet face à une petite brise, sur une mer qui clapote bien, notamment à la pointe de l’Eve, et bien moins à celle de Chemoulin, et sous un ciel de plus en plus lumineux et puis tout bleu !
Arrivée plage Sainte-Marguerite, le sable fin, une eau plutôt bonne et un besoin de se rafraîchir, nous incite à faire une halte baignade puis revenons en longeant la côte la mer descendant.
A l’arrivée, Thierry s’essaie à quelques amorces d’esquimautage en s’appuyant sur ma proue : parfait pour un côté, encore du boulot pour l’autre…
Retour au club où nous croisons les « Grands » de retour de leur périple. Pas le temps de parler beaucoup, apparemment ils sont pressés de rentrer et ça se comprend après une semaine sur l’eau et en bivouac ! On en saura sans doute plus prochainement sur notre blog avec photos et texte à l’appui.
Cathy.


pétole début juin


Samedi 2 juin 2018
BM 14h11, PM 19h33 coeff 68
1 à 2 B

Cathy, Philippe, Marc, Alain.

Gavy, La Vieille.




lundi 28 mai 2018

Best Triathlon


Samedi 26 mai 2018
Thierry et Jean Luc ont effectué un bord entre  Villes et Pornichet

 Dimanche 27 mai 2018
 Ce Dimanche 27 Mai, le SNOS CK, représenté par Patrice du groupe Loisirs et Cathy, Joel, Hervé, Thierry, Sylvain du groupe rando mer a participé à la sécurisation des deux épreuves de natation du BEST Triathlon organisé dans la baie de St Nazaire.
Cette journée a été agrémenté par un petit bord entre la plage de St Nazaire et la jetée du vieux Môle.

Sylvain.

mercredi 23 mai 2018

pétole dans l'archipel de Glénan

Samedi 19, Dimanche 20 et lundi 21 mai 2018.

Cathy, Jean-Luc, Roger, Christian.



Samedi 19
A Penfret (iles de Glénan)
PM 8h08 coeff 90, BM 14h31, PM 20h30 coeff 84




Le rendez vous est donné au club à 7h pour un départ à 7h30, nous rejoignons Jean-Luc qui vient de Nantes à 8h à l’aire de Marzan près du pont de la Roche Bernard. Nous arrivons vers 10h à la cale de Beg-Meil dans la baie de Concarneau. Embarquement facile, parking sur le port pour décharger les bateaux et le matériel, ensuite nous stationnons nos véhicules sur un parking route des Dunes.
Le premier coup de pagaie est donné à 11h13, route vers les moutons sur une mer facile ou nous profitons du courant de la descendante.
Nous arrivons aux Moutons à 13h. Quelques phoques nous accueillent. Il y a un bon nombre de bateaux de la SNSM venus faire des exercices de sécurité. Nous rencontrons également un groupe de Kayakistes Brestois venus, comme nous passer ce week-end de 3 jours au Glénan.
Après la pause pique-nique, et un petit tour sur l’île, nous repartons un peu après 14h cap Glénan pour aborder l’archipel par L’ancien Phare. Nous effectuons une boucle au plus près de Drennec car il y a très peu d’eau, c’est marée base pour l’arrivée à St-Nicolas.
Nous débarquons à 16h sur l’île St-Nicolas, une petite bière Bretonne est dégustée au Bar sous un soleil toujours présent. Ensuite, c’est réembarquement pour un dernier bord qui nous mène dans la petite baie à l’ouest de l’île du Loc’h. Ce sera notre lieu de bivouac.
Nous avons parcouru 11,6 nautiques en 3h44.
Roger nous a préparé un poulet au curry que nous déglacerons d’un petit peu de vin blanc.
Roger et Cathy montent leur tente tandis que Christian et Jean-Luc choisissent de dormir en sursac.

Dimanche 20

A Penfret (iles de Glénan)
PM 9h04 coeff 79, BM 15h25, PM 21h28 coeff 72
Vents ENE 3B puis O en soirée.


Au réveil, après le petit déjeuné, un pêcheur amateur vient sur la plage pour nettoyer ses filets. Après une discussion conviviale, nous récupérons 3 araignées, choisies à la taille de la gamelle dont nous disposons.
Nous sommes à 9h30 sur l’eau, nous contournons le Loc’h par le sud puis Penfret par l’ouest. Nous débarquons près du poste de surveillance pour demander l’autorisation de bivouaquer. Autorisation qui nous est aimablement accordée après quelques recommandations sur la nidification des Gravelots en haut de plage.
Nous filons ensuite sur Guiriden et son sable blanc et l’existence du maërl. Puis c’est sur l’île Cigogne que nous débarquons pour le pique-nique. Nous y ferons cuire nos araignées. Après visite du Fort et tour de l’île, nous repartons par le Nord de St-Nicolas. Cathy effectuera quelques exercices de remorquage. Nous poursuivons vers Castel Braz afin de trouver un peu plus de mer et quelques « passes à cailloux ». Les phoques, toujours aussi curieux, nous suivent dans ces passes.
Le retour à Penfret par le sud de Drenec se fait après avoir consulté la carte, la basse mer modifiant sensiblement le paysage.
Nous avons parcouru 12,6 nautiques pour 4h44 sur l’eau.
Ce soir, l’apéro au Vouvray sera accompagné des araignées cuites ce midi, la pince à crabes sera remplacée par une pierre.
Au souper, c’est spaghettis Bolognaises chauffées par Christian.
Pour cette nuit, l’air est plus frais, tout le monde sous la tente !

Lundi 21
A Penfret (iles de Glénan)
PM 10h11 coeff 67, BM 16h26
Vents ENE 2B mollissants et tournant au sud


Nous sommes sur l’eau à 9h pour profiter de la montante au moins jusqu’au Moutons.
La mer est toujours de ridée à belle. Nous faisons un léger détour par la cardinale Leuriou au dessus de Pourceaux. Puis nous débarquons aux Moutons pour une pause d’une demi-heure. Nous croisons à nouveau les kayakistes brestois qui rentrent sur Mousterlin.
Après avoir observé une dernière fois les phoques qui nous auront accompagnés une bonne partie du week-end, le dernier bord pour Beg-Meil se fait sur du pétole pétole. Jean-Luc réalise un esquimautage pour se rafraichir. Il est 12h30 quand nous débarquons.
Nous avons parcouru 10,7 nautiques en 3h
Après un petit bain de mer, c’est le moment de ranger tout le matériel.
Puis, nous partageons un dernier Pique-nique ensemble avant de reprendre la route vers Nantes ou Vers St-Nazaire.
Christian.

Les photos de Cathy

mardi 22 mai 2018

Un grand tour des Iles


Samedi 19 mai 2018
BM 7h44 coeff 90 BM 14h44
Vents NE 2B

Un grand tour des Iles :
Florence, Thierry H, Patrice, Franck, Alain, Hervé, Sylvain.


Très belle journée, peu de vent, marée importante, aux environ de 90 mais la mer descend et sera bientôt  basse.
Nous décidons donc, en accord avec Florence, Patrice et Thierry, du groupe Loisirs d’aller voir les iles, mais au départ de Gavy.
Ce sera un long bord mais avec toujours le courant avec nous, ce qui, avec ce coefficient est intéressant !

Nous observons des mouvements d’eau important aux passages des pointes, Fort de l’EVE, Chemoulin puis nous visons Baguenaud pour débarquer et faire une pause, histoire aussi de voir le paysage de cet endroit que certains ne connaissent pas encore. Cela nous permet aussi d’attendre la renverse et que le courant forcisse pour le retour.
Nous repartons pour La Pierre Percée, objectif de cette sortie.
La mer est toujours belle et nous naviguons relativement groupés, à un rythme correct.

Nous faisons le tour de la Pierre Percée, avec un aller-retour dans une passe sur le coté pour s’habituer aux mouvements d’eau générés par la très faible houle. (pas le trou non accessible à marée basse, ce sera pour une autre fois)

Le retour se fait en direct, avec le courant mais le vent, de face, est monté et nous rencontrons des turbulences aux zones de cisaillement entre l’eau venant du large, et celle bien teintée descendue de la Loire. Ce bord finit par être physique pour nos amis du groupe Loisir.

Nous aurons parcourus une jolie distance d’environ 10mn/19kms.
Pas d’exercice de sécu à l’arrivée, il est tard, la fatigue est là et l’eau est froide ! mais la prochaine fois…..

Sylvain.

mercredi 16 mai 2018

Bréhat du 10 au 13 mai 2018


4 jours à Bréhat
Jeudi  10, vendredi 11, samedi 12, dimanche 13 mai 2018.

Cathy, Sylvain, Roger, Hervé, Christian.


Jeudi 10.
A Paimpol : BM 9h52, PM 16h04 Coeff 43.


Nous arrivons au camping du Rohou à la pointe de l’Arcouest à Ploubazlanec  après 3h30 de route.
Le camping est complet, par chance nous avions réservé.
Nous nous installons sur le dernier plateau avec vue imprenable sur l’archipel de Bréhat, puis après le pique-nique, nous nous rendons dans l’anse de Launay.
Ce lieu d’embarquement a été découvert lors de sorties avec Ckmer. Grand Parking, toilettes,  et embarquement facile marée haute ou basse, nous découvrirons plus tard qu’en très base mer le portage peut être un peu long, mais il se fait sur du sable dur avant d’atteindre les galets.
Nous navigons vers la pointe d’ l’Arcouest, puis nous traversons sur une mer facile le Ferlas, nous remontons ensuite La Chambre pour nous rendre sur une mer plate jusqu’à Morbic.
Comme attendu, nous trouvons un terrain de jeux avec la montante entre Morbic et Bréhat. Nous y effectuons quelques surfs avant de nous rendre au Paon.
Nous approchons de la pleine mer, les vents sont à l’Ouest, la mer est agitée au-delà du Paon. Nous franchissons la passe au Nord avec du respect. Cathy, Roger et Christian reviennent dans de jolis creux par le Large, Hervé retente le passage, il y voit de très près les cailloux quand une vague plus grosse augmente la difficulté, un rétablissement proche de l’esquimautage et le voilà passé ! Sylvain en attente, renonce et revient par le large.
Après ces émotions, le retour se fait au soleil, sur une mer belle avec le courant de la montante.
nous avons parcouru 10 nautiques en 4h
Le soleil nous accompagne toute la soirée, super !  Les vêtements sèchent.
Ce soir Sauté d’Agneau au curry préparé par Philippe.


Vendredi 11.
A Paimpol : BM 11h, PM 17h04, coeff 55


Les vents sont au sud, nous choisissons le même lieu d’embarquement pour cette fois remonter au nord de Bréhat par l’Ouest. Après avoir traversé le Ferlas, nous remontons le kerpon. Puis, passé le phare du Rosedo, nous entamons une navigation en rase cailloux jusqu’au Paon. Un rappel des consignes de sécurité est donné. Nous faisons demi-tour au Paon après avoir bien sûr retrouvé la passe de la veille que nous découvrons cette fois à Marée basse. Le retour se fait également en rase Cailloux, les bateaux en polyéthylène s’engagent plus que les bateaux en fibre !
Chacun a eu, à un moment ou a un autre sa dose d’adrénaline dans les passes, et la banane aux sorties de ces passes!
Le pique-nique se fait sur la première plage sous le phare du Rosedo. Il fait Plutôt frais !
Nous réembarquons pour descendre le Trieux avec le courant jusqu’au  phare de La Croix. Après avoir effectué quelques bacs au pied du phare, nous remontons en sauts de cailloux en cherchant les contres jusqu’au port de la corderie. La mer ayant monté nous pouvons y faire le tour de l’anse.
C’est enfin, le retour à Launay avec le courant à travers le Kerpont, sans oublier un arrêt au moulin à Marée, puis longer l’île Biniget traverser le Ferlas où nous rencontrons les premières gouttes de pluie, pour enfin doubler la pointe de l’Arcouest.
nous avons parcouru 16,5 nautiques en 6h30
La pluie nous accompagne toujours avec une petite éclaircie au débarquement.
La soirée sera pluvieuse, les vêtements ne sêcheront pas ce soir !
Nous installons un Tarp pour souper à l’abri.
Repas préparé par Sylvain.


Samedi 12
A Paimpol : BM 11h55, PM 17h54, coeff 68


Aux vues des conditions météo et  de l’heure de marée, nous avons réservé cette journée pour un Bord aux Héhaux de Bréhat.
Nous embarquons à Loguivy à l’est de la jetée nord. Nous pouvons approcher la voiture au plus près, et après dépose et armement des bateaux, nous stationnons les véhicules sur le parking du Port.
Nous profitons du courant de la descendante dans le Trieux en laissant île Modez sur le bâbord, vieille du Tréou sur le tribord. Choix également motivé pour ne pas prendre le risque d’échouer sur les hauts fonds depuis l’est du sillon de Talbert.
Passée La Moisie, nous effectuons quelques passages dans les roches, nous y trouvons trois phoques prenant le soleil, nous les observons un moment tout en évitant de les déranger, puis c’est route vers le phare sur la fin de la descendante. Nous contournons le plateau dans le sens horaire en cherchant un endroit pour débarquer, le côté ouest semblant exposé à la houle, nous trouvons une petite passe côté est. Le débarquement est un peu délicat, et le plateau est très glissant. Nous posons nos bateaux au sec sur les cailloux et cherchons l’abri du vent pour le pique-nique.
Les températures un peu basses abrègent l’instant de repos, nous réembarquons. La mise à l’eau est aussi délicate qu’a été le débarquement.
Nous contournons à nouveau le plateau rocheux, cette fois dans le sens anti horaire, puis c’est un peu d’amusement et d’exercice dans la veine d’eau au sud du phare.
Après avoir traversé la Passe de la Gaine, nous entrons sur le plateau rocheux ou la montante forme de belles vagues à surfer et des occasions de rock hopping. Nous y jouons un moment en attendant que le niveau de l’eau monte, puis nous nous dirigeons vers l’extrémité du Sillon de Talbert. C’est à nouveau un moment de jeu sur un seuil toujours en attendant que le niveau d’eau remonte.
Nous suivons un moment le Sillon pour ensuite mettre cap sur le phare de La Croix. Sur ce bord, un ciel de plus en plus gris et de plus en plus bas nous suit. Nous regagnons le port de Loguivy où il y a maintenant suffisamment d’eau pour débarquer sur la grande cale ouest. La pluie semble vouloir nous épargner au moment ou nous nous changeons et désarmons nos bateaux.
nous avons parcouru 18,5 nautiques en 6h30
Les vêtements de kayak resteront à nouveau humides ce soir, inutile de les exposer.
Nous avons le temps de réinstaller table, pliants et tarp avant que la pluie n’arrive. Une grosse pluie qui va tenir une bonne partie de la nuit.
Ce soir, c’est couscous de la mer préparé par Cathy.


Dimanche 13,
A Paimpol : PM 6h16, coeff 75, BM 12h44


C’est notre dernière journée, nous ferons un bord le matin avant de déplier et reprendre la route.
Nous partons de l’anse de Launais pour le phare de L’ost-Pic. Navigation soutenue !
La mer étant descendante, nous doublons Porz Even pour entrer dans l’anse de Paimpol. Nous effectuons une boucle à l’intérieur de l’anse tout en évitant de naviguer au dessus des parcs à huitres. Nous doublons la pointe de Bilfot pour mettre cap sur L’ost-Pic tout en laissant les ilots sur notre bâbord. Puis cap nord nord ouest vers les roches du Roho afin de traverser le chenal de la Jument, entrée pour Paimpol. Nous visons ensuite St-Riom ou nous avons la sensation d’avoir un peu de courant défavorable. Ennuyeux pour cette sortie fitness !
Nous sommes une heure avant marée basse à l’arrivée dans l’anse de Launay. C’est donc un portage un peu long pour arriver au Parking !
8,7 nautiques en 2h30
Retour au camping, les toiles sont sèches ! Rangement du matériel et pique-nique avant de reprendre la route pour St-Nazaire.



Christian.

mardi 8 mai 2018

Groix 5 et 6 mai 2018


Samedi 5 et dimanche 6 mai 2018

Alain, Hervé, Christian.
Le tour de Groix

Marées à Port Tudy
Samedi 5 PM 8h25 coeff 61, BM 15h01, PM 20h49 coeff 56
Dimanche 6 PM 9h06 coeff 50, BM 15h45



Nous sommes vers les 9h à Gavres. Nous stationnons la voiture sur le parking en terre battue près de la jetée ouest de l’entrée du port. Le retour se fera à marée basse, nous aurons de l’eau pour débarquer sur la plage à la sortie du port.

Le premier coup de pagaie se fait vers 10h sur une mer belle. Nous mettons cap sur la pointe de La Croix. Nous parcourons les 4,7 nautiques en 1h10. Il faut dire que nous avions, le vent, le courant, et les petites vagues favorables.
Après un débarquement pour se dégourdir les jambes, nous entamons le tour par la pointe des chats. Très peu de vagues sur ce plateau qu’il faut souvent contourner très largement pour y éviter les déferlantes. Nous débarquons pour un pique nique sur une petite plage à l’ouest de Locmaria.
La remise à l’eau se fait en faisant glisser nos bateaux sur des laminaires dans une petite coulée entre des rochers.
Nous poursuivons le tour de l’ile en naviguant au plus près de ce que la houle permet pour arriver à Port Nicolas, nous sommes tôt et pour prolonger l’instant sur l’eau, nous allons jusqu’à la pointe du château de Kervedan, nous nous amusons à passer entre le rocher et la côte.
Nous revenons ensuite débarquer à Port Nicolas. La mer est basse. Nous amarrons nos bateaux dans l’attente de la marée montante afin d’éviter le portage.
Pendant l’attente, nous remarquons un petit van avec remorque remplie de matériel. Nous allons saluer ces nouveaux arrivants et nous découvrons qu’une rave partie va avoir lieu là ou nous avions choisi d’établir notre halte de nuit. Nous déclinons l’invitation chaleureuse à participer à cette manifestation.
Il y a peu d’endroits adaptés à une halte de nuit sur la côte sud de l’île. Nous partons observer a pied l’éventualité de faire notre halte sur la deuxième petite crique de port Nicolas. Nous y trouvons le moyen d’y installer une petite tente et un tarpe.
Au menu de ce soir ce sera poulet au citron et olives préparé par Alain.
Une promenade digestive nous mène à l’amer St-Nicolas. Sa restauration nous amène à nous interroger sur l’objet de cet amer.
Dimanche, nous nous réveillons à 7h, nous percevons les basses fréquences de la rave toujours active.
Nous prenons le temps de déjeuner et de nous préparer à partir. Il est 9h quand nous quittons le lieu, la marée haute a atteint nos bateaux, petit portage pour la mise à l’eau.
Afin de sortir de la crique, nous nous retrouvons face au mur de son installé Port Nicolas, et nous mesurons bien combien au fond le la coulée nous étions à l’abri du bruit. C’est avec un salut amical que nous quittons les raveurs !
Les conditions météo s’annoncent aux mieux pour cette seconde journée, et nous poursuivons le tour de l’île en naviguant au plus près de la côte. Nous franchissons Pen Men avant la renverse.
Puis passé côté Nord de l’île, la mer est encore plus calme. De nombreux plongeurs s’adonnent à leur activité.
Nous pénétrons dans Port Lay, puis nous terminons à Port Tudy, le port principal de l’île.
Après une visite du centre ville, nous redescendons sur le port pour le pique-nique après avoir pris un rafraichissement au bar.
Nous réembarquons jusqu’à Port Mélite pour un dernier bain de mer avant de rejoindre le continent.
Pas de vent, mer plate et un léger courant défavorable. Nous mettrons 2h30 pour atteindre Gavres.
Christian.


dimanche 29 avril 2018

Il restait de la houle !


Samedi 28 avril 2018
Il restait de la houle !

BM 10h54 PM 16h37 coeff 91
OSO 2B

Cathy, Franck, Franck, Hervé, Sylvain, Alain, Christian.

C’est une belle journée d’annoncée entre deux  coups de vents ! Pleine mer dans l’après midi.
Nous prenons les polyéthylènes pour un bord sur la côte sauvage du Pouliguen.
Nous embarquons près de l’école de voile, la mer est plate sur cette petite baie abritée. Nous croisons les premières vagues au passage de la pointe de Penchateau. C’est le moment ou l’on prend conscience de la température de l’eau !
Puis nous progressons vers l’ouest pour une navigation en rase cailloux.
La mer est peu agitée, mais une houle résiduelle du mauvais temps de la veille crée de jolies déferlantes qui viennent taper les rochers ! Le spectacle est magnifique, mais il ne faut pas s’aventurer dans les passes entre les rochers sans avoir bien observé la formation des vagues.
Nous ferons quelques passes avec quelques retenues.
Cathy, et son bateau arriveront en ordre dispersée sur une petite plage. Christian la rejoint en évitant de subir le même sort. La mer est montante, le petit bout de plage refuge est de plus en plus petit. Premier départ pour sortir de ce couloir. C’est un faux départ pour Cathy. C’est maintenant Sylvain qui va la rejoindre. Le caisson avant s’était rempli d’eau ce qui rendait bien difficile le franchissement des vagues.
Nous atteignons la plage de la Govelle ou nous faisons demi-tour.
Le retour se fera également en faisant quelques passes, tout en gardant la prudence de l’aller. La descendante arrivant, la mer semble moins agitée.
La pointe de St-Gildas se fera sur quelques surfs.
Les exercices d’esquimautage sont réalisés avant le débarquement.
Christian.



mercredi 25 avril 2018

Sortie estivale d’Avril.


Samedi 21 avril 2018
PM 8h46 coeff 75 BM 15h47
3 B sud

Cathy, Thierry , Sébastien, Patrice, Sylvain



La météo est au beau fixe, chaud , soleil, pas de vent, pas de houle.
Ce serait le temps idéal pour la côte sauvage du Croisic mais c’est basse mer !
Patrice et Sebastien du groupe loisir sont venus découvrir notre terrain de jeu.
Nous décidons de partir de Bonne Source pour le tour des Iles .
Le portage est un peu long, il y a du monde sur la plage, on se croirait en Juillet avec l’arrivée des premiers touristes !
Premier bord vers Les Evens, avec très léger clapot. En mode cool, histoire de prendre ses repères, cela reste plus mouvant que le Bois Joalland, mais on avance bien.
C’est aussi une séance de tests pour Cathy qui emmène deux pagaies Werner, Camano et Shuna, qu’elle apprécie. Thierry C. navigue avec son nouveau Nuka qu’il vient d’acheter.
Pagaies et Kayak fournis par Thierry B qui arête le kayak (Dommage !)
Nous rencontrerons un arbre quasi complet flottant sur notre trajet.
Petite visite de l’Ile, ou l’activité bronzette sur la plage et sur les bateaux au mouillage est intense pour la saison !
Cathy propose Baguenaud, cela convient à tout le monde.
Donc on repart pour Baguenaud puis retour au point de départ .
Le mer n’est pas remontée, encore un portage.
Petites galettes bretonnes et rinçage.
Des conditions idéales pour une première balade en mer.
Nous avons parcouru une grosse dizaine de kms (6 mn…pour les marins) avec une certaine facilité pour nos deux « nouveaux » en mer.
A réitérer , et peut être avec les filles du groupe loisir, en K2 ?
Sylvain.




dimanche 8 avril 2018

Le petit Baigneur.


Samedi 7 avril 2018.

Petites vagues à Pornichet.

Hervé, Franck, Thierry, Philippe, Sylvain, Christian.

 PM 9h13 coeff 46, BM 16h29.
Vents Ouest 2B

Il y a de la houle d’annoncée, nous partons pour Bonne-Source avec espoir de trouver des vagues à Pornichet.
La passe entre les rochers est presque vide, et la mer est belle. Sur ce spot, il faut prendre un peu d’eau fraiche dans la figure pour quitter la plage, de ce fait nous sommes rapidement en condition.
Il n’y a plus assez d’eau pour passer par le port d’échouage, nous contournons donc le port en eau profonde par le sud.
Une fois doublé le port, nous apercevons la plage de Pornichet qui nous semble bien calme, mais en s’y rapprochant nous constatons de belles petites vagues.
La session démarre, et Philippe prendra son premier bain dès le deuxième surf. Quelques beaux surfs et appuis bien réussis ne l’empêchent pas d’ajouter deux dessalages. Philippe décrète qu’il a pris assez de bains, il récupère une VHF et part faire une petite nav vers la Baule le long de la plage.
Thierry reste et n’est pas en reste, nous devons compter deux bains à son palmarès.
Les surfs sont faciles, les vagues sont de l’ordre du mètre, et, même si la vague finit par fermer en arrivant sur la plage, le shore break n’est pas trop violent. Il y a bien sûr, quelques séries un peu plus violentes !
La mer est descendante, et la configuration change, il est très facile de se faire échouer sur le sable après avoir pris une calotte en latéral ! Et dans ce cas, se remettre face à la mer peut parfois prendre un certain temps : très peu d’eau, et la vague espérée nous rebascule sur le sable.
Nous apercevons Philippe qui revient de sa tournée en baie. Navigant près de la côte, il se fait surprendre par une vague qui s’est formée au large ; c’est surf, appui, et … dessalage.
Il est maintenant temps de rentrer, nous effectuons à nouveau le tour du port en eau profonde par le sud. La passe est complètement vide quand nous arrivons à Bonne-Source. Philippe qui débarque le premier prendra un dernier bain au débarquement !
Christian.




jeudi 5 avril 2018

replis météo


Dimanche 1er avril 2018
Merquel Dumet

Au Croisic
BM 12h38, PM 18h13 coeff 105
Vents ONO 2B mollissant s’orientant SSE 4B forcissant

Martine, Roger, Hervé, Franck, Christian.

Après avoir surveillé la météo tout au long de la semaine, nous renonçons à un bivouac à l’île d’Aix !
Replis difficile, toute la côte atlantique est sous les dépressions. Ce dimanche est la journée la plus calme, nous en profitons pour un petit bord Merquel-Dumet.
Franck calcule la navigation, et le rendez-vous et donné à 9h plage de Sorloc.
Vents faibles, mer belle, nous donnons notre premier coup de pagaie vers 9h30, et nous parcourons les 6 nautiques pour atteindre Dumet, sur la descendante, en 1h30.
Nous poursuivons par le tour de l’île avant de débarquer sur la plage à l’est.
Le fond de l’air est bien frais, nous nous changeons pour la pause de midi.
Petite promenade à pied, et nous avons beaucoup de plaisir à Croiser Sandy, Françoise, Geneviève et Stéphane de RKM venus pour un bord de replis météo sur cette même zone.
Quelques œufs en chocolat ornent nos bateaux quand nous récupérons nos casse-croutes ! Merci Martine.
Quelques gouttes commencent à tomber, nous nous abritons, pour le pique-nique, tant du vent frais que de ces gouttes, près d’un conifère.
Le vent monte et la pluie arrive. Nous réenfilons nos habits de kayak. Le vent les a déchargés d’un peu d’humidité.
Avant de mettre cap pour le retour, nous effectuons encore une fois le tour de Dumet ! On ne s’en lasse pas. Après avoir franchi une petite passe entre les rochés au Nord, nous croisons un fort clapot.
Nous naviguons sur cette mer avec une vague en latéral pendant encore un mile, puis les conditions deviennent plus calmes. La pluie nous accompagne pendant une bonne partie du retour.
Nous parcourons les 7,5 nautiques, y compris le tour de l’île en 2 heures.
Il est environ 16h quand nous débarquons.
Christian.






mardi 3 avril 2018

ça souffle sur la côte


Samedi 31 mars 2018

BM 12h01, PM 17h37 coeff 104
O 5B rafales à 6

Hervé, Franck, Christian.

Gros coefficient et forts vents ! Peu de monde au départ, pour faire simple, nous nous rendons à Villès-Martin.
Le plan d’eau semble calme, mise à l’eau facile et mer belle. Nous filons vers l’ouest. Nous sommes sur la montante, nous restons en bord de côte pour chercher l’abri du vent dont l’effet s'ajoute au courant de marée.
Nous progressons ainsi jusqu’à la pointe de Chémoulin, nous avons laissé beaucoup d’énergie sur l’eau. Après avoir soufflé un peu, Hervé propose de franchir la pointe en empruntant le passage entre les rochers. Nous sommes bien secoués nous donnons le maximum face au vent. Une fois ce passage effectué, nous mettons cap au large tout en arrondissement suffisamment pour éviter que le vent et les vagues nous rabattent sur les rochers.
Maintenant c’est un retour au portant. Il y a peu de houle, mais un fort courant de marée et toujours ce vent important.
La poussée due au vent et le courant de marée en gros coefficient  incitent Franck et Christian, restés au large à entamer le retour à la côte juste après avoir passé la pointe de l’Eve. C’est une navigation avec une très forte dérive qui nous ramène à Villès. Hervé revenu plus tôt à la côte rencontre les meilleurs surfs au passage de l’éolienne.
Il reste un tout petit peu de plage au débarquement. Une série de vagues produite par quelques cargos venant de  passer dans le chenal pimente l’arrivée de plage.
Une fois débarqués, nous échangeons nos sensations avec le groupe d’Océan Racing venu s’entraîner sur ce même plan d’eau.
Christian.

vendredi 30 mars 2018

Le Croisic Le Pouliguen ........... à contre


Samedi 24mars 2018

Le Croisic Le Pouliguen à contre

PM 9h11 coeff 59 BM 15h49
Vents Est 4 B

Martine, Cathy,
Hervé, Sylvain, Alain, Thierry, Christian.






nous avons parcouru 9 nautiques en tenant compte des reculs sur les arrêts !
en 5 h

dimanche 18 mars 2018

Surfer Girl surfin’Pornichet

Samedi 17 mars 2018

BM 10h55 PM 16h39 coeff 92
SE 2B puis E 1B

Cathy, Hervé, Franck, Sylvain, Thierry, Christian.




Nous ne sommes que 6 aujourd’hui ! Bon, Météo France avait « prédit » des pluies orageuses mais pour une fois il n’y avait pas de vent alors… aucune excuse pour les absents !
Dans un 1er temps, et comme la marée est montante jusqu’à 16h40, on pencherait bien pour faire du rase-cailloux au Pouliguen. Mais, après vérification, avec une houle de 1,70 mètre ce n’est pas très prudent. Alors on opte pour le spot de Pornichet pour trouver quelques bonnes vagues à surfer.
Pas mal de vagues à Bonne source pour embarquer mais pas si méchantes que ça, on en est quitte pour en prendre quelques unes dans la figure, ça a au moins le mérite de nous mettre… dans le bain !
Sur fond de ciel quasi noir derrière la Baule,  il y a déjà du monde sur le spot, essentiellement des paddles, va falloir faire gaffe à éviter les collisions.
Il n’y a pratiquement pas de vent et le soleil nous fait quelques clins d’œil. Que demander de mieux ??!! Ben, un peu moins de déferlantes et de vagues qui montent d’un coup sans prévenir ! (rien à voir avec la petite session de surfs à Pont-Mahé il y a une semaine, mais alors rien !!!).
Malgré les « Vas-y » « approche-toi plus du bord » etc... J’essaie de surfer sur des débuts de vagues sans m’approcher plus de la côte où là ça moutonne dur. Bon, les autres s’amusent bien, ça donne envie, mais si la température extérieure est plutôt clémente, l’eau, elle, est restée un peu froide… Thierry, qui  d’emblée a pris un bain (et toc, je balance moi, faut pas me laisser écrire le compte-rendu), et Christian, qui a bien fait fonctionner son cardio dans la mousse, proposent comme d’hab de faire un bord vers l’Ermitage, ce que je fais d’habitude mais là non, j’ai trop envie de m’amuser dans les surfs moi aussi, je reste avec les autres (mais qu’est-ce qu’il me prend moi ???)
J’ose alors me rapprocher un peu du bord pour avoir plus de puissance au départ (car mouliner comme une dingue pour rien, ça commence à bien faire!) et prend en même temps que Sylvain une vaguelette qui va vite prendre une certaine ampleur, et c’est pas peu dire ! On surfe de plus en plus vite en parallèle et côte à côte puis on vire ensemble sur la gauche, dans le même sens OUF !, et après… ben devant l’échec de passer la vague (je pensais bien l’avoir pourtant), il paraît, disent les témoins car pour moi tout a été trop vite… que j’ai repris un surf et après… je ne sais plus mais on s’est retrouvé tous les deux en vrac sur la plage, Sylvain carrément éjecté de son kayak : c’était bien du bon gros ! On se retrouve hilares sur la plage à essayer de tenir les kayaks et de ramasser des affaires qui se baladent de-ci de-là dans une série de vagues qui nous tombent dessus. Pour repartir, pas moyen de faire autrement que de juper et d’atteindre l’eau en cul-de-jatte car là ça déferle et de plus en plus haut (3 mètres au moins parfois si si !!! enfin un petit kayak face à des trucs comme ça c’est l’effet que ça donne…). Plusieurs fois je me dis que ça y est, retour en arrière sur la plage ou chandelle à reculons, mais non ça passe en pagayant comme une dingue avec une bonne baffe revigorante à chaque fois.
Bon, pas grave tout ça car là je touche à l’extase quand Hervé lève son pouce pour me … féliciter ??!! Moment de grâce, le Saint Grââl ! Le 17 mars 2018 à marquer d’une pierre blanche !
Allez on refait encore quelques surfs histoire de ne pas se laisser démonter et puis voilà le 2ème mémorable de la journée. Je prends une vague, en même temps que Thierry ce coup-ci, vague qui était prometteuse, enfin je ne pensais pas à ce point… Le kayak prend une bonne vitesse, je me penche au maximum vers l’arrière pour éviter d’enfourner et me dit que là il est temps de faire quelque chose. Je vire pour remonter la vague, ça marche et puis non je plonge dedans et je ne sais pas comment je ressors, merde alors, manquerais plus que je fasse un esquimautage sans le faire exprès maintenant… mais ce n’est pas suffisant pour se remettre à l’endroit, alors j’essaie un appui, je ressors la tête de l’eau encore une fois, et puis patatras, je suis littéralement brassé jusqu’à la plage après avoir avalé quelques tasses d’eau et quelques goulées d’air… Pas compris ce qui s’est passé…
Christian et Thierry reviennent de leur petit tour de papys (encore une fois faut pas me laisser faire le compte-rendu...) et ça repart pour des surfs moins rapides car la mer est quasi à l’étale, même si cela n’empêche pas certaines vagues de monter brusquement sans qu’on s’y attende.
Bon, on a bien fait mumuse, faudrait penser à rentrer, mais comment va être le « Fameux » retour à Bonne source (qui finalement après tout ça ne m’impressionnerait finalement quasiment pas…) ??? Comme d’habitude, ça brasse dur autour de la passe, mais dedans ça passe bien pour tout le monde en regardant toutefois régulièrement derrière pour ne pas se faire avoir en traître, en laissant passer quelques vagues avant de débarquer là où on est un peu secoué et où les bateaux, déjupés, se remplissent de sable, de moules et autre huîtres (pleines!). Va y avoir du boulot lors du rinçage au club ! On remonte vite fait les kayaks au parking car, même si la mer est descendante, il y a des flux qui viennent malgré tout lécher nos bateaux pourtant mis le plus haut possible sur la plage. Décidément, faut toujours être vigilant avec la mer, elle prend un malin plaisir à toujours vouloir avoir le dernier mot…
On est dimanche, j’ai quelques bleus aux jambes, les bras qui tirent et pas beaucoup de peps, aujourd’hui je ne bouge pas !,  mais je repense à ces instants de dingue et j’en redemande … Les surfs, plus on en mange et plus on a faim !!! Merci les gars en tous cas pour vos encouragements, ça motive ! Vivement la prochaine session !
Cathy.

lundi 12 mars 2018

coeff 33 à Pont-Mahé

Samedi 10 mars 2018
Surf à Pont-Mahé
PM 9h54 coeff 33, BM 17h32
Vents OSO 4B

Cathy, Martine,
Franck, Joël, Hervé, Thierry, Christian.

Journée de printemps entre deux coups de vent ! Franck a noté une houle de sud-ouest, il propose une sortie surf à Pont-Mahé, c’est un petit coefficient de marée et la mer est descendante, mais finalement tout le monde a envie de retrouver ce spot. Il est un peu loin de chez nous, mais les journées ont bien rallongées.
Nous partons pour la pointe de Merquel, nous stationnons dans la rue qui mène au Port au plus près de la première cale. L’eau est encore là !
Nous sortons du port de Merquel pour contourner le rocher sur le bâbord. Quand je dis contourner, les plus hardis passent au plus près pour s’échauffer sur quelques déferlante au ras de ce cailloux.
Nous filons ensuite vers la baie de Pont-Mahé. Il y a peu de houle et la mer semble calme.
Arrivés dans la baie, nous trouvons les vagues attendues. Ce sont des vagues qui se forment loin de la plage, pas très hautes, de l’ordre du demi-mètre, et qui déferlent, très larges jusqu’au sable. Nous pouvons y faire de longs surfs non violents de plus de 500m. C’est tout l’intérêt de ce spot !
Pendant une « descente » nous avons le temps de mettre en place la technique, écarts arrière, gites, appuis, et sortir de la vague, avant d’arriver sur le sable (voire la vase !)
Nous passons un bon moment en effectuant ces allers retours en échangeant nos sensations.
Joël est venu en surf ski, il nous propose d’essayer sa nouvelle machine. Pendant ce temps, pour Joël ce sera un bateau différent à chaque descente vers la plage !
La mer baissant, le niveau de vagues décroit également. Nous mettons cap vers l’île à Bacchus.
C’est une navigation délicate, la pointe des bouchots commence à affleurer la surface de l’eau.
Nous filons ensuite vers le danger isolé Laronesse. Et là nous y trouvons de belles déferlantes dont profitent pleinement Franck et Hervé.
C’est enfin un dernier bord vers le port de Mequel avec une houle de plus en plus portante au fur et à mesure de notre progression.
La mer s’est bien retirée quand nous arrivons, mais par chance l’eau est à la limite sable/vase.

Un délicieux cidre chaud préparé par Joël agrémente l’instant de convivialité habituel après le débarquement.
Christian.

dimanche 4 mars 2018

C'est comment qu'on passe la Barre ?

Samedi 3 mars 2018

Le froid est derrière nous ?

BM 12h06, PM 17h37 coeff 109
Vents SO 5B rafales à 7B

Hervé, Franck, Thierry, Christian.

Après une période glaciale avec des vents d’Est, les températures sont bien remontées. C’est un coefficient de 109, et les vents sont Sud-Ouest ! Sur notre secteur, peux d’endroits propices à la navigation dans ces conditions météo.
Nous partons pour le Pouliguen et un embarquement sur la plage proche de l’école de voile.
Nous sommes à plus de 2h après la basse mer, peu de portage pour la mise à l’eau.
Bien que cette zone soit bien abritée, la houle crée une vague de bord qu’il faut franchir avant de juper, exercice habituel rendu plus facile avec de grands hiloires.
Nous filons vers la pointe de Penchateau pour tutoyer une mer formée. Puis nous descendons au Portant vers la plage Benoit.
Nous avons de beaux surfs au passage de la tourelle des Petits Impairs. J’ai toutefois un peu de retenue, je n’ais pas du tout envie de dessaler dans cette eau glaciale !
Nous arrivons plage Benoit les surfs sont surprenants, des vagues semblant prometteuses s’amortissent ou passent à côté, et d’autres moins signifiantes nous procures de bonnes sensations.
Hervé et Franck sont allés jusqu’au sable et nous racontent que le shore break est un peu violent.
Je n’ai toujours pas envie de dessaler mais je suis tenté de goûter la mousse de bord de plage.
Je me lance, et le surf se termine par un appui en suspension qui me traîne jusqu’au bord. Pas de dessalage, mais j’ai goûté l’eau froide. Pour le retour au large il faut traverser une barre en plusieures déferlantes, là encore j’ai goûté l’eau froide. Je suis maintenant « acclimaté » et après quelques surfs plus au large, je retourne dans la mousse, et je me retrouve à l’envers. Pas de panique, je me mets en position pour entamer l’esquimautage. Je n’ai pas le temps de déclencher, je sens l’eau pousser sur la bonne pale de la pagaie, j’en profite et la puissance de la vague qui m’avait retournée m’aide à me retrouver à l’endroit. Là encore il faut regagner le large en traversant la barre !
Maintenant, c’est Thierry qui dessale et se retrouve sur le sable, nous continuons de jouer tout en le surveillant. D’abord deux faux départs, puis nous arrêtons notre jeu pour mieux observer. Un troisième départ sur un moment paraissant plus calme, malheureusement, à quelques doigts d’avoir franchi la barre, une belle vague se lève et nous voyons Thierry disparaître et réapparaître à nouveau sur le sable. Il est debout à côté de son bateau.
Je décide d’aller le rejoindre, ça me fera un exercice d’arrivée de plage !
Sa motivation est encore là malgré la difficulté et les 3 échecs ! Je reste à naviguer dans la mousse afin de voir si on peu se déplacer latéralement pour trouver un moment plus opportun. Je suis secoué et rejeté sur la plage à chaque vague qui vient me percuter, je me fais retourner par les turbulences dans 50 cm d’eau ! Esquimautage compromis par la pagaie qui croche le sable et la tête qui touche le sol, merci le casque.
Thierry et moi réembarquons ensemble pour traverser la barre ensemble, tout en gardant suffisamment d’espace afin de ne pas se percuter au cas ou !
Victoire, la barre est franchie. Nous pagayons maintenant activement pour nous réchauffer, et au vu de l’heure nous regagnons notre point de départ tout en faisant une petite boucle vers la pointe de Penchâteau. Franck et Hervé esquimautent dans l’eau froide avant de débarquer.
La mer est bien montée, il n’y a plus de plage, la mer lèche les murs. Bien les grands hiloires pour les débarquements rapides !
Une petite averse d’eau glaciale nous accompagne pendant que nous retrouvons nos vêtements secs.
Christian.

dimanche 25 février 2018

Temps frais au Croisic

Samedi 24 février 2018

PM 11h34 coeff 49, BM 17h24.
Vents NE 3B

Cathy, Martine,
Hervé, Franck, Philippe, Thierry, Roger, Christian.

Froid, froid, froid ! Les vents sont à l’est ! Mer belle, petit coefficient.
Le rallongement des journées est maintenant bien sensible.
Hervé nous propose une partie de rase-cailloux à la pointe du Croisic !
Proposition acceptée. Nous sortons la remorque que nous chargeons de bateaux polyéthylène, route Port aux Rocks au Croisic. Le stationnement est facile, et nous avons notre petit point d’embarquement à l’abri entre les rochers quelques soient les conditions météorologiques, le portage reste court à marée basse.
Très beau soleil pour cet après-midi, mais vents frais, et la température de la mer ne dépasse pas les 10 °C. Nous nous habillons chaudement avec les combinaisons ou vestes sèches, les cagoules et manchons sont embarqués dans les bateaux voire portés pour certains. Les casques sont aussi de rigueur.
Après embarquement, nous naviguons vers Batz sur Mer, bien qu’en rase cailloux et donc à l’abri des vents de terre, ils nous seront favorable pour le retour.
Nous restons groupés avec une surveillance réciproque à chaque passe un peu difficile.
C’est Philippe qui dessale le premier ! Il va falloir aller le chercher dans une zone turbulente, nous mettons en œuvre nos pratiques de sauvetage avec remorquage bout court pour sortir de l’endroit. Hervé vide son bateau et l’aide à réembarquer.
Il a bien ressenti la température basse de l’eau, mais bien équipé il repart ! ……. Pour plus tard, un deuxième bain. Il y aura quelques échouages quand la synchro avec les vagues est loupée, dans ce cas il faut tenir l’équilibre en espérant une prochaine arrivée d’eau au moins égale à celle nous ayant mis dans cette situation.
Hervé sortira d’une passe un peu bousculé par la houle, de beaux remous, et de belles turbulences, il s’en sort par un esquimautage !
Plus loin, c’est Thierry qui finit à l’envers. Frank remorque son bateau, et Christian le sort de la zone après qu’il se soit hissé à l’avant du kayak. Sortie rock and roll à deux sur un bateau dans une zone mouvementée, tout finira bien, nous sommes même satisfaits d’avoir mis en œuvre nos techniques de récupération. Avant notre demi-tour, nous nous amusons un peu au rock hopping ! C’est Hervé qui fera les plus beaux passages !
Le retour se fera également en rase cailloux, peut-être un peu moins engagé, la mer ayant baissé.
Nous récupérons de cette sortie très fun en partageant de bons restes de gâteaux et friandises,
Ainsi qu’une boisson bien chaude avec de bonnes odeurs de pomme confectionnée par Franck.
 Christian.


dimanche 18 février 2018

Une Grande Boucle

Samedi  17 février 2018
Une Grande Boucle

BM 12h08, PM 17h36 coeff  90
NO 3 B
Cathy, Joël, Alain, Franck, Philippe,
Thierry, Roger, Hervé, Sylvain, Christian.

Aujourd’hui La météo s’annonce clémente, un peu différent des turbulences de ces dernières sorties!
Après avoir depuis un certain temps, navigué en bord de côte, nous profitons de ces conditions favorables pour, cette fois, faire un bord au large !
C’est basse mer pour l’embarquement, nous partons donc pour Bonne Source, bien que cette destination résonne toujours comme « ce sera comment au retour, l’arrivée de plage? »
Au moment du départ, nous croisons les Nantais venus s’entraîner en surfski.
Un peu de portage, un peu de vent et une mer peu agitée pour la mise à l’eau. Nous mettons cap sur Les Evens. C’est un bord un peu soutenu et un bac face au vent et au courant de marée. Nous effectuons ensuite le tour de l’île par l’ouest, où nous trouvons de belles déferlantes sur le plateau rocheux. Nous contournons cette zone, les rochers affleurant parfois la surface de l’eau rendant les surfs risqués !
Puis sur notre lancée, nous mettons cap sur Pierre Percée. Pour ce bord, nous prenons le large pour profiter du courant de marée. Une belle houle longue provoque également de belles déferlantes aux abords de cette île. Comme pour Les Evens, nous naviguons également en contournant largement.
Alain fera un appui salvateur sur l’une de ces déferlantes !
Nous filons maintenant à la côte, cap Pointe de la Lande. Enfin, pour le dernier bord, nous naviguons en bord de plage la marée étant montante.
L’eau à recouvert les rochers, et la houle y provoque de belles déferlantes qui parfois se forment loin de la côte. La crête des vagues est bien blanche sur cette zone. Comment sera l’arrivée ?
Nous nous présentons bien en face de la passe, pour débarquer un à un en choisissant le meilleur instant entre deux trains de vagues. C’est Cathy qui aura le pire moment, mais il n’y aura cette fois aucun bain !
9 nautiques de parcourus ! Belle reprise pour Roger notre Parisien.
Christian.


mardi 13 février 2018

On n’était pas beaucoup !

Samedi 10 février 2018

PM 14h02 coeff 37
SSO 4 B

Hervé, Thierry, Philippe, Christian.

Nous ne sommes pas nombreux au rendez-vous au club ! Nous choisissons Bonne-Source !
Le vent qui s’engouffre dans l’impasse St-Gabriel est très frais, la mer est formée. Les vagues à franchir pour sortir de la passe nous rafraichissent encore un peu ce n’est pas l’onglée, mais les manchons sont embarqués au cas où ! La cagoule et le casque sont portés pour plus de confort face au froid.
Nous nous dirigeons vers Pornichet et en passant par le port d’échouage. Philippe et Thierry continuent leur navigation vers la Baule, tandis que, Hervé et Christian tout en progressant dans la même direction, profitent de vagues de plage et réalisent quelques surfs. Pas trop de shore break, mais nous prenons de bonnes calottes d’eau fraiche sur les remontées de plage.
Un appel à la VHF, nous permet de nous regrouper entre l’avenue De Gaulle et le Casino de La Baule.
Puis c’est un retour au large avec une vague en latéral.
Thierry nous fait un joli rétablissement, puis c’est un dessalage au moment de répondre à l’appel d’Hervé. Ce sera donc un exercice de récup, puis nous repartons avec une bonne cadence pour se réchauffer.
Nous contournons le port en eau profonde par le large pour nous diriger vers Bonne-Source.
Nous sommes un peu secoués dans le ressac sur l’enrochement du port.
Malgré nos recommandations, Philippe, inquiet des vaques qu’il observe au large, navigue près de la zone rocheuse, puis tente de passer au plus près pour entrer dans la passe. D’abord très satisfait de ses appuis il finira par un bain, alors il échouera son bateau sur le plateau rocheux en attendant qu’on vienne le secourir.
Thierry, à, quand à lui, bien négocié son entrée dans la passe, hélas, il se relâche quand une dernière vague vient le retourner dans quelques centimètres d’eau !
Après le débarquement, nous partons, à pied sur les rochers, à la rencontre de Philippe.
Nous remettons son bateau à l’eau et Christian y réembarque pour le retour à la plage. Cette solution nous paraissant moins risquée qu’un portage sur les rochers.
Toujours un peu frais dans le courant d’air de l’impasse St-Gabriel où nous retrouvons nos vêtements secs et ou nous partageons quelques biscuits et boisson chaude.
Christian.

dimanche 4 février 2018

Villès – Pointe de La Lande

Samedi 3 février 2018

Villès – Pointe de La Lande

Cathy,
Alain, Hervé, Philippe, Thierry, Sylvain, Christian.

BM 13h11, PM 18h38 coeff 103
NO 4 Beaufort

Gros coefficient de marée, la météo semble plus clémente que ces dernières sorties. Un 4Beaufort avec un petit 5Beaufort prévu en fin d’après-midi s’orientant Nord Ouest.
Il n’y aura pas d’eau à l’embarquement.
Pour faire simple, nous nous rendons à la base nautique de Villès-Martin. C’est là que nous aurons le moins de portage pour l’embarquement en basse mer. Au vu de l’orientation des vents, nous serons protégés au moins jusqu’à la pointe de l’Eve.
La température de l’air est fraiche, la température de l’eau aussi, le ciel est dégagé. Nous nous couvrons cependant comme pour une sortie d’hiver, la mousse à l’intérieur du casque participe au confort face au froid, la cagoule restant à portée de main dans la poche du gilet au cas ou !
L’embarquement se fait sur une mer belle au sens échelle beaufort, car la Loire ayant charrié de nombreux éléments en suspension, elle est plutôt de couleur brune !
Le premier bord se fait dans l’anse de Bonne-Anse en restant au plus près de la côte pour éviter le courant de la marée montante et se tenir au mieux à l’abri du vent qui nous pousse au large.
Passée la pointe de l’Eve, la mer devient peu agitée, et le vent est plus sensible.
Nous effectuons un premier regroupement à l’abri avant de Franchir la pointe de Chémoulin.
Nous naviguons maintenant dans le ressac sur une mer achée, nous sommes également bien exposés au vent bien frais. Un deuxième regroupement pointe de La Lande pour ensuite monter au large tout en nous laissant dériver.
C’est maintenant un bord au portant avec vagues, vent et courant favorables !
Ce sont pour commencer d’agréables surf jusqu’à la pointe de l’Eve. Nous nous faisons rattraper par le groupe Océan Racing en surfski qui a choisi le même terrain de jeu. Malgré une bonne motivation pour enchainer les surfs, nous nous faisons rapidement doubler. Nous restons le plus longtemps possible en bord du chenal sur un fort courant dû à une forte marée.
Encore un peu de stratégie pour mettre cap à la côte le plus tard possible tout en anticipant la dérive pour ne pas doubler notre plage d’arrivée.
Les boissons chaudes, café, thé, tisanes sont les bien venues avant de regagner le club.
Christian.

mardi 30 janvier 2018

Des vagues à Pornichet

Samedi 27 Janvier 2018

Des vagues à Pornichet

PM 13h22 coeff 54
SSO 3 B rafales à 4

Hervé, Franck, Sylvain, Alain, Philippe, Thierry, Christian.

Une météo enfin calme, nous partons pour Bonne Source, le choix final de navigation se fera sur l’eau. Quelques uns d’entre nous sont attirés pour voir l’état des vagues à Pornichet. Nous avons assez d’eau pour passer à travers le port d’échouage. Arrivée face au Casino, l’essentiel des participants entament une session surf, tandis que Philippe et Thierry continuent leur navigation le long de la baie de La Baule, Ils iront jusqu’au niveau de l’avenue De Gaulle.
Alain les regardera s’en aller après son premier bain.
C’est une session sur des vagues assez longues sans le shore break habituel sur ce spot
Christian dessalera après qu’une vague lui fait sauter la jupe, et que la vague suivante remplit le bateau. A un autre moment, c’est le nez du kayak qui plante dans le sable, retournement et youppie esquimautage !
Sylvain s’amuse beaucoup avec son nouveau bateau, il aura aussi droit à un esquimautage.
Nous sommes sur la descendante, et le niveau des vagues diminue, nous filons à la rencontre de Philippe et Thierry. Ce voyage en bord de plage ne se fait pas sans guetter les vagues pour en surfer les plus belles.
Tout le monde est enfin regroupé. Philippe nous raconte avec fierté comment il a réalisé un bel appui sur une navigation trop près du bord, hélas, une deuxième vague plus petite à eu raison de lui pendant son relâchement après l’action, ….. dans 50 cm d’eau !
Le retour sera physique d’une seule traite et d’une bonne cadence en contournant le port en eau profonde.
Bien que ce soit un petit coefficient, la mer est bien descendue à notre arrivée, nous en sommes quittes pour un portage un peu long.
Le grain que nous voyons arriver nous a rattrapés au moment ou nous nous changeons.
Christian.

mardi 23 janvier 2018

Ça souffle, ça souffle !


Hervé, Franck, Christian.


C’est de la belle tempête dans la matinée, j’ai de gros doute de pouvoir aller sur l’eau l’après-midi !
Je vais quand-même au club, s’il n’est pas raisonnable de naviguer, il y a toujours quelques travaux d’entretien ou quelques discussions d’organisation pour l’association.
Hervé arrive en même temps que moi ! C’est une première tendance vers « on y va ! »
Peu de temps après, c’est Franck qui arrive, bon, je ne discute pas, « on y va ! »
Je choisi le Nuka, c’est le bateau qui a le moins de prise au vent, et celui qui me donne toutes les chances de réussite d’esquimautage en cas de dessalage. Hervé prends le Fury, et Franck, l’Xcape.
Les Vents sont à l’ouest avec une toute petite orientation nord, c’est marée basse. Nous choisissons de nous rendre à la plage de Porcé, notre expérience nous a montré que dans ces conditions nous pouvons être à l’abri pour l’embarquement.
Hé oui, nous sommes bien à l’abri sur cette plage! La visibilité est courte, mais la mer est plate, au moins pour le départ.
Cap à l’Ouest, les vents sont forts, et le coup de pagaie doit être énergique. Nous subissons la première montée de vent au passage de la pointe de l’Aiguillon puis nous trouvons une mer agitée après le passage de la pointe de l’Eve. Nous poursuivons, vers Chémoulin. Il faut rester en bord de côte pour diminuer l’effet de courant de la marée montante, et tenter de prendre moins de vent de face, tout en naviguant suffisamment éloigné pour ne pas se faire surprendre par une déferlante. Nous pouvons observer de belles vagues qui déferlent vers la côte, bien hautes et bien blanches en leur sommet !
Le physique mollit après avoir doublé la jetée de St-Marc, mais mes deux compères ne semblent pas faiblir. Pour ne pas perdre trop de terrain, je me concentre pour améliorer mon coup de pagaie et le rendre plus efficace. Tout en surveillant la formation des vagues, je scrute en permanence l’horizon pour ne perdre de vue mes coéquipiers. Parfois je me désole qu’ils ne m’attendent pas, tout en me disant que sans ces éléments moteurs, j’aurais peut-être déjà fait demi-tour.
Franck et Hervé atteignent la pointe de Chémoulin qu’ils ne franchiront pas, la mer est vraiment difficile avec vagues et ressac qui se contrarient. Il est même impossible de se mettre à l’abri comme souvent devant la plage de la petite vallée. Hervé et Franck rebroussent chemin, Hervé pensant que je ne serai pas contrarié de ne pas avoir atteint Chémoulin. Tout à fait Hervé !
Une fois rassemblés, nous remontons un peu plus au large pour un retour au surf. Les surfs ne sont pas tous faciles à prendre, le vent accrochant parfois l’arrière du bateau.
Une houle plus facile nous offre cependant quelques beaux surfs après avoir franchi la pointe de l’Eve. Nous rencontrons l’équipe d’Océan Racing en surf-sky effectuant des boucles entre Gavy et la pointe de l’Eve.
Nous terminons notre sortie par le tour du rocher de la Rougeole pour un moment plus calme.
La mer ayant monté, nous avons une vague de plage suffisamment grosse pour rester vigilants sur notre arrivée de plage.
Encore une belle sortie dans de belles conditions !
Christian.