mardi 28 mars 2017

Vents d'est sur la côte suvage

Samedi 25 mars 2017
La côte sauvage

PM 15h05 coeff 69
ENE 5B rafales à 7B

Hervé, Yannick, Sylvain, Jean-Luc, Christian.

Retour de Jean-Luc qui nous fait cadeau de sangles de portage jute comme il faut pour la mise en place des bateaux sur la remorque ! Merci Jean-Luc.
Les vents sont annoncés assez fort, peu ou pas de houle. Normal, les vents sont plutôt Est. C’est pleine mer en milieu d’après-midi. Nous aurons de l’eau pour un bord de côte. Les conditions sont réunies pour une session rase cailloux sur la côte sauvage du Pouliguen.
Pour ce genre de sortie, nous prenons les bateaux en polyéthylène, nous nous sentons moins contraints pour naviguer avec le risque de nous échouer ou de heurter quelques roches. Ce qui nous autorise à tenter quelques passages parfois un peu justes quand nous ne sommes plus en phase avec les vagues ou la houle, voire tenter quelques passages avec peu de largeur.
Nous embarquons plage du Guec, pour ne pas avoir à franchir la pointe de Penchateau qui sera bien ventée, principalement au retour ! Il y a également un petit Parking bien pratique avec toutefois des barres à 2m !
La mer est belle en ras de côte bien à l’abri du vent par les falaises rocheuses, nous observons que plus au large, il se forme de beaux moutons blancs.
Avec ce peu de houle, nous pouvons chercher les passes derrière les roches, seul le niveau de marée nous stoppe sur quelques entreprises.
Nous arrivons à la plage de la Govelle après être passés en choisissant le moment du train de vague, derrière les rochers de la Pointe. Quelques surfeurs, mais pratiquement pas de vagues sur ce spot pourtant réputé !
Nous poursuivons toujours en rase cailloux vers Batz sur Mer. C’est peux souvent que nous pouvons naviguer sur cette zone pavée de rochers. Nous faisons demi-tour avant d’atteindre le petit port St-Michel, à Batz. Dès le demi-tour, nous sentons bien l’effet du vent contre nous, Nous sommes maintenant sur la descendante, mais il reste encore beaucoup d’eau pour un retour à travers le dédale de rochers ou nous serons à l’abri du vent tout en nous amusant.Ce qui reste le but de la sortie !
Au passage à la plage de la Govelle, les vagues de bord de plage, plus conséquentes qu’à l’aller, permettent un petit moment de surfs. Sylvain en sera quitte par un retournement contrebalancé par un esquimautage ! Bravo Sylvain.
Nous terminons cette sortie par un petit jeu d’esquimautages avant le débarquement.
Christian.

dimanche 19 mars 2017

Un peu gris sur l'estuaire de la Loire

Samedi 18 mars 2017

BM 14h37, PM 19h44, coeff 58
Vents Ouest 4B

Martine, Hervé, Thierry, Yannick, Alain; Franck, Christian.

C’est un petit coefficient de marée, donc basse mer en début d’après midi. Les vents sont annoncés plein ouest à 4 Beaufort. Pour faire simple, nous partons de la Cale de Gavy.
Le stationnement est un peu malaisé, la zone est en partie occupée par les bateaux de plaisance mis au sec pour l’hiver.
L’embarquement est facile, c’est un endroit abrité des vents d’ouest derrière la pointe de l’Eve.
Nous filons vers Chémoulin en restant en bord de côte, davantage pour être à l’abri du vent que pour profiter du courant de marée, nous sommes près de l’étale de marée basse.
Arrivés à Chémoulin, le bord ayant été facile, nous continuons jusqu’aux plages de Bonne-Source. Le passage de la pointe de Chémoulin se fait sur une mer un peu plus agitée par le ressac habituel sur les roches des Jaunais.
Nous mettons ensuite cap au large avec en première visée Bagueneau, puis avant de l’atteindre cap Pierre Percée. Tandis que la majeure partie du groupe contourne Pierre-Percée par l’Ouest, Christian et Thierry passent par le Sud afin de rattraper leur retard.
Après quelques surfs à l’est de l’île, nous poursuivons vers le Petit Charpentier. Nous sommes au Portant, c’est une navigation rapide en surf et gourmande en énergie.
Le ciel est de plus en plus clair au large, mais gris sur l’estuaire de la Loire. C’est cependant la direction que nous allons prendre en pensant aux grands bords à venir.
A nouveau quelques surfs sur le plateau du petit Charpentier, puis retour vers notre Point de départ.
C’est encore un bord au portant avec surfs, vents et courant favorables. Passé St-Marc, nous nous rapprochons de la côte pour prendre l’accélération de courant à la pointe de l’Eve.
Nous nous retrouvons à l’abri du vent pour la dernière longueur qui nous ramène à Gavy.
Après avoir retrouvé nos vêtements secs et chargé nos bateaux sur la remorque, nous dégustons le Fondu au chocolat préparé par Alain.
Christian.


dimanche 12 mars 2017

Une belle journée dans le Golfe du Morbihan

Samedi 11 mars 2017
Une belle journée dans le Golfe

A Port Navalo, BM 10h19, PM 16h39 coeff 90
Vents à 2 Beaufort

Hervé, Sylvain, Thierry, Christian.

Nous ne sommes pas nombreux pour cette sortie à la journée, il y a même eu une petite hésitation dans la semaine. Nous sommes 4 au départ à 8h au club, de quoi remplir une voiture !
Nous choisissons Kerner comme lieu d’embarquement. Les vêtements secs de rechange et les pique-niques chargés dans les bateaux, il est un peu plus de 10h pour les premiers coups de pagaie.
Le plan d’eau est très calme, peu ou pas de vent, et une très légère couverture nuageuse.
Nous pagayons vers la pointe nord de l’île de la Jument. Ensuite, Hervé en Ouvreur, c’est une descente classique vers la sortie du Golfe : bac vers Berder, reprise sur le courant de la Jument pour un stop à Gavrinis, bac pour atteindre Er Lannig, Bac pour un retour à Gavrinis, puis reprise du courant principal pour un Stop à la balise des Grands Moutons. Nous restons un instant à jouer sur les Petits Moutons. Nous sommes à 1h après basse mer à Port Navalo, le plan d’eau est calme, c’est un moment facile pour bien sentir les gites reprises et stop dans les courant. Hervé transmet conseils et explications.
Nous sortons du golfe avant que la renverse ne se fasse pour un pique-nique à la plage Toulassais.
Il est environ 13h quand noud réembarquons dans nos kayaks. La renverse est faite. Le retour sera aussi un parcours classique. Nous traversons l’entrée du Golfe pour aller jouer sur les statiques de Kerpenhir. Puis nous traversons à nouveau, première visée, le phare de Port-Navalo, puis la tourelle la Grande Truie, ce qui, avec la dérive du courant de flot, nous amène au Faucheur.
Reprise pour un Stop derrière les grands moutons, le bourrelet au pied de la balise devient bien conséquent !
Nouvelle reprise objectif le sud de l’île longue ! C’est là que survient le premier bain de Thierry.
C’est Christian, étant au plus près qui réalise la récupération. Pour ne pas doubler notre objectif, Nous pagayons activement plein Nord pour rattraper la dérive subie pendant le sauvetage.
Nous jouons un moment sur la veine d’eau, puis c’est un nouveau départ vers les Tisserands.
C’est le deuxième dessalage de Thierry, récupéré cette fois par Sylvain. Après le stop aux Tisserands, nous progressons vers l’Ile de la Jument en laissant Er-Lannig sur le bâbord. Cest l’instant de quelques jeux sur les turbulences crées par les quelques rochers en bord de l’île.
Un nouveau bac sur le courant de la Jument nous amène à Berder. Nous décidons de contourner par l’ouest, ce qui nous fait un passage de pointe à contre bien puissant.
Nous arrivons au gué de Berder, et c’est le 3 ème bain de Thierry avec récupération par Hervé.
Thierry a pu ainsi faire travailler équitablement ses 3 partenaires sur les techniques de récupération !
Nous restons un moment sur la vague de flot jusqu’à ce que nous ayons consommé toute notre énergie.
Le dernier bord sera le retour direct à l’anse de Kerner avec des caps parfois subis à la traversée de grosses marmites. Il est un peu plus de 16h quand nous débarquons.
Christian.





dimanche 5 mars 2017

avant le coup de vent !

Samedi 04 mars 2017

BM 15h11, PM 20h25 coeff 70
Vents ouest 4B rafales à 5B

Martine, Françoise,
Hervé, Philippe, Sylvain, Yannick, Alain, Christian.


Il y a eu de fortes conditions météo ces derniers jours, c’est un 4 Beaufort à l’ouest, rafales à 5 cet après midi. Les prévisions nous annoncent une montée de vent rafales à 6 en fin d’après midi.
C’est basse mer, et peu d’abri sur ces conditions météorologiques.
Nous nous décidons pour un bord côtier depuis Villès-Martin, en partant vers l’ouest, nous aurons les vents favorables pour le retour.
Le ciel est dégagé, mais quelques gouttes de pluie s’invitent au moment ou nous enfilons nos tenues de kayakistes.
Nous embarquons sur une mer belle et mettons cap vers la pointe de l’Eve. Bien que la mer soit encore descendante, nous naviguons plutôt en bord de côte en espérant être moins exposés au vent.
La navigation devient plus physique après le passage de la pointe de l’Êve, nous poursuivons jusqu’à Chémoulin. Puis, le ciel étant dégagé, les vents supportables, nous décidons d’atteindre le petit Charpentier. Sur ce bord, la mer est plus formée, et les vents de face ralentissent notre progression.
Les premiers ayant atteint l’objectif attendent plus ou moins à l’abri derrière ce qui émerge de cette zone rocheuse. Puis nous contournons largement pour ne pas se faire surprendre par une déferlante pour naviguer jusqu’au Grand Charpentier. Plus nous nous éloignons de la côte, plus la mer se creuse et plus le vent est difficile à combattre.
Nous atteignons le grand charpentier où nous nous regroupons à l’est sans en faire le tour, il y a de belles déferlantes à la crête blanche côté ouest.
Bien que nous ayons le soleil au dessus de nous, nous observons le ciel qui se noircit au large de la pointe de Penchâteau, nous décidons donc de prendre le chemin du retour. Nous mettons un premier cap sur St-Marc. C’est un compromis entre un bon portant et un retour rapide à la côte au regard du grain qui apparaît sur le Pouliguen.
Le grain passe sur le continent, nous maintenons notre cap sur des vagues croisées dans des creux d’un mètre.
Bien que nous sommes au portant, les surfs ne sont pas tous simples à prendre.
Passé la pointe de l’Eve, nous retrouvons de l’abri, et une mer moins agitée.
Avant le débarquement, nous croisons les surfski de l’Océan Racing.
C’est autour de notre goûter habituel que nous observons la montée de vent annoncée par la météo.

Rendez-vous samedi prochain pour une sortie dans les courants du Golfe du Morbihan.
Christian.

lundi 27 février 2017

Ça bouge, pointe St Gildas…

Samedi 25 février 2017
PM 16h07 coeff 82 Vents Sud 4B 
Martine, Françoise, Cathy, Thierry, Yannick,
Hervé, Christian, Phiphi, Eric, Franck.

Françoise propose une virée en sud Loire, mais un peu plus au sud que le week-end dernier.
Direction la commune de la Plaine sur Mer, et plus particulièrement son port de la Gravette. Nous nous garons sur le petit parking surplombant la plage immédiatement au sud de la digue.
Nous embarquons tranquillement, plus encore Yannick, et pour cause il a cherché ses clefs de son fourgon avant de prendre la mer…sans résultat.
Nous pointons nos étraves vers le large et profitons  de quelques petites vagues pour surfer…rien de transcendant mais cela nous sert toujours pour nous regrouper et permettre à Yannick de nous rejoindre. Nous nous engageons pour un bord soutenu (vent et courant contre) en direction du bout de la jetée du Port de la pointe St Gildas, séparée de notre point de départ de 3.3km.
Le regroupement espéré par certains n’interviendra pas là, et nous nous engageons sur une portion beaucoup plus rock and roll du fait des hauts fonds qui défendent la pointe. La prudence s’impose en veillant à ne pas se trouver trop proche de la côte pour éviter les déferlantes. Impossible de s’arrêter dans ces endroits. Nous ferons une pause en face de la plage de l’Anse du SUD suffisamment abritée. Nous repartons… trop tôt pour les derniers arrivés sur place, en direction de la pointe le Bec d’Aigle, Hervé l’ayant même dépassé au moment où Eric (à la surprise générale) a décidé de prendre un bain de mer…fin Février donc forcé. Cathy et Phiphi sont les premiers sur lui. Philippe sera son premier sauveteur, secondé par Franck, qui avait tourné la tête en arrière juste après le chavirage…pour voir si ça suivait. Du fait de la proximité relative de rochers, Franck invite Eric à remonter directement dans son bateau, ne sachant pas si nous aurions le temps de le vider rapidement avec cette mer plutôt mouvante. Eric est heureux de réintégrer son kayak même avec un bain de siège. S’en suit pour lui une séance de musculation pour évacuer à la pompe à main l’eau de mer. Voilà de quoi réchauffer Eric.
On repart en prenant la même route mais inverse pour revenir à notre point de départ. Dans ce sens c’est beaucoup plus facile.
Il y a un peu de surfs à faire…mais il nous faudra revenir au même endroit qu’à l’aller ou il y avait un peu de vagues pour réussir moyennant patience et placement quelques beaux surfs …avec suffisamment de hauteur d’eau sous l’étrave pour nous rassurer.
Les uns après les autres nous rejoignons le bord et à proximité du rivage quelques-uns effectuent des esquimos dont Eric qui retrouve la patte pour en sortir un, haut la pagaie. Une sortie relativement courte (autour de 11kms) mais intense et variée, au bout de laquelle on peut dire « on est content ».

Franck.


PS : Et pour finir, Yannick, heureux et content retrouva ses clefs.

mardi 21 février 2017

Elles sont où les vagues ?

Samedi 18 février.
Christian, Martine, Franck, Cathy, Thierry, Alain R, Alain L, Phiphi.
Petit coefficient, marée basse à 16 h, moins de 3B

Franck décide de traverser l’estuaire car il y aurait, soi disant, des vagues qu'il aurait vues dans son bol de café !
Arrivés à Ker Villès, la mer était bien lisse. Nous chambrons un petit peu Franck. La marée descendant, nous remontons vers le port dans le contre courant avec plus au moins de bonheur. Nous laissons passer le ferry et traversons derrière lui.
En approchant de la base nautique de Saint Brévin l'Océan, nous entendons comme un bruit de vagues, Franck avait raison. Elles ne sont pas très grosses mais finalement bien assez.
Thierry dessale le 1er, Phiphi le 2eme vexé que Thierry lui vole la vedette, Cathy se lance enfin dans les surfs elle n'aurait pas dû , la voila aussi à l'eau. Martine a surement été poussée, elle qui tombe rarement est la 4eme. Thierry voulant absolument la médaille d'or nous fait un deuxième passage. S'il y avait une compétition au nombre de chutes on serait surement médaillés.
Il est l'heure de rentrer. Nous sommes à la renverse, la question est : 'va t'on ressentir encore le jus de la Loire ?'
Finalement l'option tout droit est la meilleure , il n'y a pas de courant. Une fois tout rangé nous partageons notre 4 heures. Fauteuils, table à disposition, soleil et douceur, personne n'est pressé de partir.
PHIPHI.


lundi 13 février 2017

Gavy Bonne Source

Sortie du 11 février 2017

BM 11h20, PM 17h19 coeff 101

Cathy, Sylvain, Franck, Yannick, Philippe, Thierry.

Comme d'habitude grande question de la destination. Ce sera Gavy, direction bonne source, par la côte, pour un retour en s'aidant de la marée montante plus au large.
Puis second point, les kayaks ! Pour certains l'évidence est là, pour moi ce n'est pas le cas !
Le Nuka ! Pas question c'est « Cathy-Nuka », dommage je m'y trouve bien pour naviguer !
Allez ! Vas pour le Crazy ! Petit bémol ! Il semble avoir besoin de réparation ! La dérive !
Pas grave je le prends quand même !
Et bien sur, vérifications d'usage, « tout le monde à bien pris son matériel ? Jupe, pagaie ? ».
La, la jupe, ce pourrait bien être pour moi ! Souvenir, souvenir... !
Arrivée au port de Gavy, le ciel est nuageux , la marée montante , la mer est calme.
Le petit groupe longe la côte, certains s'aventurent un peu plus entre les rochers, en surveillant de près les vagues, qui viennent se briser sur les rochers.
Arrivée à Bonne Source, présence de quelques belles vagues. Pas de courageux aujourd'hui , ou de volontaires pour le bain, d'autant que les rochers, invisibles sont bien là !
Yannick s'amuse dans les vagues qui se brisent sur la plage.
Après une petite pause, nous nous dirigeons vers le large, pour profiter de la marée montante pour revenir sur Gavy.
Pas de difficulté, mais quelque soit le choix , plus au large, ou non loin de la côte, les courants et les vagues ne font pas beaucoup la différence !
Petit « intermède » musical, au large, par Cathy et Philippe entonnant « Amazing Grace ».
bref, sortie tranquille et sympathique, certes, beaucoup moins sportive que d'autres.
C'est ce qui fait que chacun peu y retrouver son compte, en fonction de ses envies, de son état physique, ou tout simplement en fonction de la météo
Le ciel se dégage, passage à la pointe de l'Eve avec une superbe vue sur l'estuaire.
C'est ainsi que nous arrivons tous en même temps à Gavy .
Thierry.