dimanche 2 novembre 2014

de Bonne Source au Grand Charpentier

Samedi 1er Novembre 2014

Cathy, Martine, Marion, Agnès, Céline, Marie-Laure, Clotilde, Anny,
Pierre-Dominique, Joël, Philippe, Philippe, Franck, Hervé, Hervé,
Michel, Eric, Alain, Yannick, Thierry, Sylvain, Christian

PM 12h12 coeff 51 BM 17h42
OSO 3B à 4B

Aujourd’hui 1er novembre, c’est une belle journée ensoleillée, les nuages se dissipent, un peu de vent 13 à 16 nœuds (selon Windguru, mince encore cette petite étoile jaune que les surfeurs apprécient tant, comme à ma dernière sortie se rappelle à ma mémoire…). Après 4 semaines d’absence depuis ma mésaventure, je m’auto-motive à retourner sur la mer. L’accueil chaleureux et rassurant de l’équipe me redonne aussitôt le sourire. Nous allons partir de Bonne Source, nous embarquons les kayaks, Marion et Hervé sont de retour pour une sortie avec le club, Philippe également. Christian et Cathy prennent le K2 Adonf, pour ma part ce sera l’Eliza (un peu lourd certes, mais stable c’est ce qu’il me faut, il est résistant un point qu’il ne faut pas négliger parfois, mais à ce moment là je ne sais pas encore pourquoi ça sera important pour aujourd’hui).
Nous partons direction Pornichet, on décharge les kayaks, Phiphi arrive, nous sommes 22.

Le cadre est beau, la mer est calme, c’est parti ! Une fois sur l’eau nous commençons par longer la côte vers Sainte Marguerite, Pierre-Dominique en profite pour pêcher à la traîne, la majeure partie du groupe est déjà loin de moi, j’envie leur aisance, ça doit être pas mal d’être infatigable, qu’est ce qu’ils ont dans leurs barres de céréale que je n’ai pas ? Certains commencent à jouer au niveau de la pointe de Chémoulin entre les rochers, le reste du groupe patiente derrière ces rochers. Nous approchons l’aire de jeu, Christian et Cathy passent facilement, Hervé également, Michel est derrière moi toujours bienveillant, je me lance pourquoi ça ne passerait pas pour moi ? La vague me pousse … cri … ouf c’est passé entre les deux rochers, elle se retire et là, un rocher face à moi… cri … je ne vais pas pouvoir l’éviter, oh non pas encore (en une demi seconde j’imagine un scénario d’horreur ensanglanté, je vais m’échouer sur le rocher tranchant couvert de moule :), pourquoi je n’ai pas pris de casque). Finalement par miracle je me retrouve perchée en équilibre sur le haut du rocher. Hervé et Michel arrivent à repousser mon kayak pour que je descende sans dessaler, ouf ! Une dose d’adrénaline supplémentaire au passage (ce n’était pas forcément utile pour me détendre). En attendant j’ai amusé la galerie, tant mieux, de loin c’était drôle apparemment. On rejoint le groupe, tout le monde est bienveillant et vient me voir ! Après une courte pause, on file vers le Grand Charpentier, là les vagues sont plus fortes et mon angoisse augmente, je suis bien entourée du début à la fin, on me rassure. Le vent est face à nous décalé vers la droite, le courant nous pousse, on s’approche du Phare, je vois le blanc des vagues au loin, elles ont l’air très grandes, qu’est ce qu’on va trouver me demandé-je, je ne dis rien mais mon appréhension est de plus en plus grande et mon mal de ventre s’accentue, je sais que je n’arriverais pas à être sereine tant que je n’aurais pas retrouvé la terre ferme. Je retrouve les mêmes sensations qu’au retour de Pierre Percée la dernière fois, à chaque grosse vague qui me soulève je me demande comment sera la descente si une vague de côté se greffe entre-temps. On se rassemble à droite du Phare, les plus à l’aise jouent à l’Ouest dans les vagues, on se met à l’abri derrière la jetée avant de repartir vers Pierre Percée. Lorsqu’on y arrive, idem rassemblement sur la droite pendant que les plus téméraires s’amusent et se défoulent sur le terrain de jeu, la machine à vague fonctionne à merveille et fait des heureux (je vous taquine !!!) Puis on repart cap sur Baguenaud, là on avance tout seul le courant est avec nous, rassemblement sur ce rocher visible qu’a marée basse, puis on continue vers Bonne Source. Certains esquimautent en arrivant à la plage, rendez-vous samedi prochain on pourra apprendre cette technique des Inuits en piscine. L’arrivée de plage c’est toute une aventure à chaque fois, je me retrouve encore une fois parallèle à la vague, petite frayeur… Vive les appuis, en l’occurrence là c’est vive la chance. Quand on remonte les kayaks le soleil est déjà bas, on se change, on range, on peut apprécier le traditionnel goûter et profiter de l’ensemble du groupe.
nous avons parcouru environ 7 nautiques
Céline




Aucun commentaire:

Publier un commentaire