dimanche 5 novembre 2017

Gros coeff sur la côte sauvage

Samedi 04 novembre 2018

Gros coeff sur la côte sauvage

Au Pouliguen
BM 10h33, PM 16h32 coeff 104
Vents ONO 4B forcissant

Françoise, Martine, Hervé, Sylvain, Thierry, Thierry, Jean-Luc, Christian.

Au regard des conditions, l’idée est donnée d’aller voir du côté de la côte sauvage au Pouliguen.
Ce sont des bateaux polyéthylènes qui sont chargés sur la remorque, et dans les bagages nous ne mettrons pas les pagaies les plus fragiles, nous n’oublierons pas non plus les casques qui font maintenant régulièrement partie de notre équipement.
Le site d’embarquement est désormais classique, c’est la petite plage très près de l’école de voile du Pouliguen. Le niveau d’eau est déjà bien haut. Nous sommes à l’abri et la mer est juste ridée.
Nous franchissons la pointe de Penchateau sur une mer toujours aussi plate, pratiquement pas de houle, et, contrairement à ce que nous avons l’habitude de rencontrer sur cette pointe, aucune vague.
Nous naviguons tout de suite en rase cailloux en cherchant les passes. Etant maintenant plus exposés, nous trouvons un peu de clapot et quelques belles déferlantes au dessus des rochers immergés. Quelques appuis sauveurs mais pas tous ; Thierry aura droit à un dessalage après un surf arrière.
Le gros coefficient de marée nous permet de passer à travers les arches souvent inaccessibles et de pénétrer dans quelques grottes.
Au passage baie du Scall, pas de surf, nous nous y regroupons pour repartir toujours en recherchant les bonnes passes.
Pour ces petits jeux, très fun, il faut en permanence scruter la mer pour deviner les formations de séries de déferlantes et soit se trouver au bon endroit au bon moment afin d’utiliser les mouvements d’eau et passer en même temps que la vague ou se trouver au mauvais endroit au mauvais moment et s’échouer sur les rochers voire dessaler. Les roches les plus volumineuses nous offrent les abris d’attente quand arrivent de plus grosses déferlantes.
Tout en se surveillant afin de savoir en permanence si personne n’est en difficulté, nous évitons de nous engager à plusieurs sur la même passe.
Nous filons jusqu’à la plage de la Govelle, nous effectuons quelques surf.
Il est 16h. Nous décidons de faire demi-tour. Nous sommes sur la pleine mer, le retour se fera également en rase cailloux. Et cette fois, c’est une récupération après dessalage de deux des meilleurs esquimauteurs du groupe. Jean-Luc échoué a vainement attendu la vague suffisamment haute, et Hervé en sortie de grotte fait un demi roll pour ne pas cogner la voute, mais pas assez de place pour finir l’esquimautage, la sortie sera à la nage.
La pluie fait son apparition au moment du débarquement, une fois changés, nous dégustons nos petits gâteaux et boissons chaudes à l’abri sous les cupressus.
Christian.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire