lundi 12 mars 2018

coeff 33 à Pont-Mahé

Samedi 10 mars 2018
Surf à Pont-Mahé
PM 9h54 coeff 33, BM 17h32
Vents OSO 4B

Cathy, Martine,
Franck, Joël, Hervé, Thierry, Christian.

Journée de printemps entre deux coups de vent ! Franck a noté une houle de sud-ouest, il propose une sortie surf à Pont-Mahé, c’est un petit coefficient de marée et la mer est descendante, mais finalement tout le monde a envie de retrouver ce spot. Il est un peu loin de chez nous, mais les journées ont bien rallongées.
Nous partons pour la pointe de Merquel, nous stationnons dans la rue qui mène au Port au plus près de la première cale. L’eau est encore là !
Nous sortons du port de Merquel pour contourner le rocher sur le bâbord. Quand je dis contourner, les plus hardis passent au plus près pour s’échauffer sur quelques déferlante au ras de ce cailloux.
Nous filons ensuite vers la baie de Pont-Mahé. Il y a peu de houle et la mer semble calme.
Arrivés dans la baie, nous trouvons les vagues attendues. Ce sont des vagues qui se forment loin de la plage, pas très hautes, de l’ordre du demi-mètre, et qui déferlent, très larges jusqu’au sable. Nous pouvons y faire de longs surfs non violents de plus de 500m. C’est tout l’intérêt de ce spot !
Pendant une « descente » nous avons le temps de mettre en place la technique, écarts arrière, gites, appuis, et sortir de la vague, avant d’arriver sur le sable (voire la vase !)
Nous passons un bon moment en effectuant ces allers retours en échangeant nos sensations.
Joël est venu en surf ski, il nous propose d’essayer sa nouvelle machine. Pendant ce temps, pour Joël ce sera un bateau différent à chaque descente vers la plage !
La mer baissant, le niveau de vagues décroit également. Nous mettons cap vers l’île à Bacchus.
C’est une navigation délicate, la pointe des bouchots commence à affleurer la surface de l’eau.
Nous filons ensuite vers le danger isolé Laronesse. Et là nous y trouvons de belles déferlantes dont profitent pleinement Franck et Hervé.
C’est enfin un dernier bord vers le port de Mequel avec une houle de plus en plus portante au fur et à mesure de notre progression.
La mer s’est bien retirée quand nous arrivons, mais par chance l’eau est à la limite sable/vase.

Un délicieux cidre chaud préparé par Joël agrémente l’instant de convivialité habituel après le débarquement.
Christian.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire