lundi 22 février 2016

La pagaille dans les pagaies

Nous étions à peu près sereins pour un Week-End à Bréhat, une météo qui, bien que venteuse, nous paraissait tempérée.
Et puis, l’avant-veille du départ, la prévision change, les vents sont annoncés a 6 avec rafales à 7 voire 8. La prévision reste encore sur des vents forts la veille du départ. Adieux les Héaux de Bréhat ! Reste la baie de Paimpol, le Trieux ???
Après questionnements et concertations, nous prenons la difficile décision d’annuler ce week-end Bréhatin.
Ce devait être un Week-End Kayak, alors pour ne pas rester sur notre faim nous réfléchissons à quelques replis.
Au vu des horaires de marée, et de la météo locale, une navigation est calculée pour un bord entre la Pointe de St-Gildas à Préfailles et l’Ile du Pilier au nord ouest de Noirmoutier. Dans un premier temps le samedi reste un samedi « normal ». C'est-à-dire une sortie qui se fera l’après-midi, avec les présents et en fonction des présents.
Et l’idée est lancée d’une sortie longue pour le dimanche.

Vendredi 19 Février 2016
BM 8h32, PM 15h12 coeff 64  à St-Nazaire
Vents 2 Beaufort le matin 4 beaufort SO l’après-midi.
Nous ne sommes que 6 au départ
Françoise, Martine, Joël, Alain, Hervé, Christian.
Le niveau d’eau est encore très bas dans le port de St-Gildas. Nous embarquons sur la plage, la mer arrive au ras de la zone rocheuse. Une toute petite zone de sable dans une coulée rocheuse simplifie la mise à l’eau.
Le vent est faible, le ciel est dégagé. Sans surprise nous apercevons les longues déferlantes se formant sur les hauts fonds de la pointe de St-Gildas. Nous contournons la zone en allant chercher la dernière balise de l’entrée du port.
Puis c’est cap compas au 240 ° pour compenser la dérive du courant de marée.sur le tribord remplissant la baie de Bourneuf ; courant variant de 1 nœud la première heure à 1,6 nœud à la 3ème heure.
C’est sur une mer belle et une longue houle que nous progressons. La houle provoque quelques belles déferlantes que nous observons au niveau de la Cardinale Nord Couronnée. Nous laisserons cette cardinale sur le tribord en passant au moins fort de ces vagues.
Après deux bonnes heures de navigation, le vent devient plus fort, et de belles vagues se forment après avoir doublé  la tourelle du Grand Sécé en la laissant par le bâbord
Nous déployons un peu plus d’effort et de vigilance au regard des belles vagues pour atteindre enfin les quelques petites plages encore découvertes au nord de l’île.
Nous débarquons un à un en restant sur le dos de la vague pour se faire poser le plus haut possible sur la plage pentue. Nous avons mis 2h45 pour effectuer les 7,5 nautiques.



Nous essuyons un petit grain pendant le pique-nique, les tenues de kayak étalées sur les bateaux n’auront pas séché.
Nous réembarquons un peu après 14h, nous naviguerons autour de l’étale de marée haute sans dérive de courant. Les vents faibles du matin se sont renforcées, c’est donc au portant que retournons sur le continent. La houle nous porte vers la baie de Bourneuf. Nous naviguons plus serrés au milieu de parcours pendant le passage d’un grain. A l’arrivée au port de St-Gildas, nous observons les belles déferlantes qui se cassent sur le plateau rocheux recouvert par la marée haute. Comme au départ, nous contournons la dernière balise de l’entrée du port pour passer au moins haut des vagues. La mer étant haute, nous débarquons sur la petite cale du fond du port.
Nous avons effectué le retour en 1h45.
Pendant l’habituelle collation, gâteaux et boissons chaudes, nous discutons de l’envie de refaire un long bord le lendemain plutôt que le dimanche.

Samedi 20 février 2016
BM 9h23, PM 15h38 coeff 74 au Croisic
Vents 4 beaufort rafales à 6 OSO
Françoise, Martine, Hervé, Christian.
Nous embarquons à 11h à la pointe de Merquel, c’est marée basse, la mer est peu agitée.
Une fois sortis du traict de Rostu, Nous prenons un premier cap vers l’île à Bacchus.
Nous continuons en bord de côte sans entrer dans les zones de bouchot. Après avoir passé la pointe du Loscolo oû nous nous sommes fait un peu secoués, nous mettons cap pointe de Kervoyal au 320°. La progression est très ralentie quand nous traversons l’embouchure de la Vilaine. C’est pratiquement un bac face au courant de la marée montante et face à un vent de oso bien établi.
Le pique nique se fait à la pointe de Kervoyal à l’abri du vent.
Nous avons mis environ 2h pour parcourir 6,7 nautiques.
Nous réembarquons vers 14h. Quelques coups de pagaie en restant à l’abri dans la baie de kervoyal permettent de nous échauffer. Puis nous revenons à la pointe. La traversée de l’estuaire de la Vilaine se fait dans des surfs entre les deux tourelles pour atteindre la pointe de Cofreneau.
C’est dans de belles vagues pouvant parfois atteindre le mètre que nous navigons ensuite le long de la mine d’or. Nous sommes vigilants sur la formation de vagues que nous prenons en latéral. Nous sommes un peu secoués dans du ressac vertical au passage de la pointe du Maresclé. Nous piquons au large pour contourner les déferlantes sur les rochers affleurant à pointe de Loscolo.
Au passage du Goulumer une déferlante un peu plus haute que les autres retourne le bateau de Martine. Christian qui suit de près passe une remorque courte pour sortir rapidement de la zone. Martine a le temps de réembarquer. Le kayak plein d’eau est très instable. Nous effectuons un radeau et Hervé y passe un bout long.
Nous nous éloignons ainsi le plus possible de la côte, chaque vague nous rapprochant de la zone. Le radeau est complété par Françoise, Hervé ayant gardé la remorque, évite le retour à la côte. Martine se remet à l’eau afin de vider rapidement son bateau. Le vidage à la pompe est inefficace dans ces conditions de mer.
Nous reprenons notre route. Passé Bacchus, nous trouvons enfin du portant, mais les surfs sont difficiles à prendre, nos bateaux remontent au vent.
Il est environ 16h quand nous débarquons, nous avons mis 2 heures pour le retour de 7,3 nautiques.

Christian

Samedi 20 février 2010
sortie aux Evens
Alain, Franck, Philippe, Roger


Philippe et Roger se posent des questions en ne voyant personne au club alors que l’on approche de 13h30.
Roger avait eu l’info  de Christian le matin même, qu’il devrait y avoir quelques personnes pour cette sortie classique du samedi après-midi…mais tout de même.
L’arrivée d’Alain les rassure, Franck arrivant peu de temps après.
Deux kayaks seront chargés sur le toit de la voiture de Roger et les deux autres sur celle d’Alain. Ne souhaitant pas retourner à Villes (souvent fait ces derniers temps), le choix de Bonne Source et d’une petite virée en direction des îles semble faire l’unanimité.
Roger et Phiphi sont les premiers sur les lieux et en voyant l’avant de la clio presque à toucher le haut de plage, Alain et Franck se disent tout de suite que ça doit cogiter dans l’habitacle…et en découvrant l’état de la mer, on comprend mieux pourquoi.
Phiphi et Roger se disent plus convaincus par un départ du port d’échouage. Cinq minutes plus tard nous garons les véhicules au droit de la cale. Malheureusement, un contretemps viendra retarder l’embarquement, Phiphi ayant oublié sa jupe ; un retour express au club viendra corriger tout cela.
Sans, quasiment, aucun portage, nous prenons la direction des Evens. Hormis quelques bateaux de régate, nous sommes vraiment seuls sur la mer et le vent est  moins fort que celui que nous avions rencontré pour cette même destination le samedi 28/11/2015.
Tout le monde avance consciencieusement en direction des Evens avec un ciel très bas et gris qui donne une ambiance particulière  surtout à proximité des Evens qui laisse une impression d’un coin fantomatique, loin de tout ,avec une mer et une brume qui se confondent , alors que nous sommes à « quelques brasses » du fond de baie et de ses immeubles.
Alain propose le tour de l’île et tout le monde le suit pour une circumnavigation horaire. Nous prenons bien la précaution « d’arrondir »  afin de ne pas avoir à subir des vagues, qui déjà de loin, méritent le respect. Nous pointons en direction de la pointe de Penchâteau puis au moment qui nous paraît le plus sain nous bifurquons à tribord pour un retour en surf en direction de la plage.
Un bord durant lequel les surfs n’ont rien de transcendant. Ce ne sera pas le cas de la seule arrivée de plage que vont faire Alain et Franck, histoire de faire monter l’adrénaline, les vagues étant bien formées. Un petit régal surtout que le vent a bien baissé en cette fin d’après-midi. Ce fut une autre affaire pour Franck pour s’extirper du bord de plage après s’être fait échoué lamentablement. Pas de quoi tout de même à ce que Phiphi et Roger se refroidissent durant ce laps de temps. Le retour vers le port d’échouage aurait pu se terminer par un bain pour Phiphi, ce dernier maitrisant bien son appui sur une traitresse de vague.
Petits esquimos et appuis dans peu  d’eau avant de lever les fesses des bateaux.

Nous n’aurons pas de boissons chaudes mais gouterons avec délectation le gâteau apporté par Roger.Petite sortie courte mais fort sympathique, mais qui au final nous a fait du bien et qu’avec cette grande bouffée d’air frais, on peut se dire…on est content.

Franck

Aucun commentaire:

Publier un commentaire